Apprendre l’italien en 3 mois, possible ou pas ?

Bon je l’avoue, le titre est un peu provocateur ! En fait, il y a quelques temps, je vous avais parlé de l’importance d’apprendre quelques mots dans la langue du pays qu’on visite. Et j’étais vraiment sincère, j’en fais un point d’honneur ! Or, il se trouve que nous partons en Italie fin avril, et que je viens de me rendre compte qu’il me reste un peu moins de 3 mois pour réussir à bégayer quelques phrases en italien ! Oups…

J’aurais pu télécharger vite fait sur le net un guide de conversation et mémoriser quelques phrases par cœur. J’aurais également pu regarder des vidéo sur youtube, certaines sont très bien ! Mais cette fois, j’ai envie d’essayer de maîtriser davantage la langue.

Alors je lance officiellement un pari :

A presque 33 ans, fâchée depuis de longues années avec les langues vivants mais ultra-motivée malgré tout, il est possible d’apprendre l’italien en 3 mois

Je vous propose dans cet article de me suivre dans cet objectif ! D’ailleurs, peut-être y trouverez-vous, vous aussi, la motivation pour vous y mettre ?

Pour mieux me connaître

J’utilise la méthode Assimil.

J’ai entendu parler de stages intensifs de langues, où l’on se retrouvait avec un casque sur les oreilles 8 heures par jour pendant quelques semaines, et d’où l’on ressortait presque bilingue… Mais je n’ai ni le temps, ni le budget.

Alors, après une courte recherche, j’ai porté mon choix sur la méthode Assimil, que je connaissais déjà de réputation. Elle me paraissait en adéquation avec ce que je recherchais : un apprentissage basé avant tout sur l’oral, quelques heures d’écoute avant de commencer la grammaire, des leçons courtes mais progressives etc.

apprendre l'italien par la méthode Assimil

Ce qui pourrait me faire réussir :

Mon père est d’origine italienne, mais ma mère n’a jamais souhaité que mon père parle italien à la maison. Sûrement pour de bonnes raisons à l’époque…que je ne comprends toujours pas ! Ça aurait été tellement plus simple d’apprendre une langue vivante dès le berceau plutôt qu’en pleine adolescence, à 35 par classe !

De plus l’Italie est un pays qui me fait rêver : les ruines, les iles, les volcans, la mer, la montagne, les peintres, la cuisine… Sa langue est chantante, on y entend le soleil ! Nous y sommes déjà allé deux fois et nous y retournerons sûrement plusieurs fois encore.

Alors crise d’adolescence mal passée ? Idéalisation d’un pays que je ne connais qu’en touriste ? Qu’importe l’origine de la motivation tant qu’elle est là, forte et pérenne !

Ce qui pourrait me faire échouer :

J’ai beaucoup de mal avec les accents locaux. Je comprends l’anglais d’un français, d’un espagnol, d’un italien, d’un allemand…mais beaucoup plus difficilement voire pas du tout celui d’un écossais ou d’un irlandais !

Je ne serai pas cadrée : ce sera à moi d’être régulière et de rester motivée, même fatiguée, même éreintée, même si mes enfants n’auront aucune pitié pour moi durant les trois prochains mois !

Si l’envie d’arrêter me prend, personne ne me remotivera, et puis à part ce prochain voyage, je n’en aurai plus besoin avant…qui sait ? Donc est-ce que ça vaut vraiment le coup ?

Mon expérience (et celle de mes enfants) sur cette méthode :

apprendre l'italien par la méthode Assimil

Revenez régulièrement pour suivre notre progression !

Taggé .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *