Apprendre quelques mots dans la langue du pays visité

Préparer un voyage, ce n’est pas seulement lire 1000 guides touristiques pour s’imprégner de la culture d’un pays, effectuer quelques réservations à l’avance et réussir à fermer sa valise le jour du départ ! Préparer un voyage c’est aussi l’occasion d’apprendre quelques mots d’une nouvelle langue.

Mais, justement, comment faire lorsqu’on est fâché de longue date avec les langues ?

Alors là, c’est la fille fâchée dès le CM1 avec l’anglais, et qui a désespéré son prof d’allemand en prépa qui vous parle ! J’ai toujours été une nullité nullissime en langues vivantes. J’apprenais le stricte nécessaire, sans jamais de plaisir, sans y voir aucune utilité… Bref, je subissais, et je peux vous dire que c’était long !

Comment j’en suis venue à apprendre les bases d’une langue par plaisir ? Disons que j’ai grandi, que j’ai mûri, et que j’ai commencé à voyager. Je me suis rapidement rendu compte que non seulement connaître quelques bases de la langue du pays pouvait nous faciliter la vie sur place, mais qu’en plus les gens appréciaient, et s’intéressaient tout de suite davantage à nous !

Sauf que voilà… Outre les langues vivantes imposées mais pour lesquelles je n’ai jamais fait d’effort, j’ai appris le latin en 5ème très facilement et j’ai aujourd’hui encore de solides souvenirs. Puis j’ai commencé le grec en 3ème, les débuts ont été un peu plus laborieux et si aujourd’hui je suis capable de lire un texte grec, j’ai bien du mal à me rappeler d’une seule des déclinaisons ! Enfin, j’ai commencé le russe à 20 ans, très motivée parce que c’était une langue que je voulais vraiment connaître… J’en ai fait deux ans, et…je serai bien incapable de lire un texte à ce jour !

Et oui, plus on vieillit, moins notre cerveau est réceptif à de nouvelles écritures, à de nouveaux accents, à de nouvelles tonalités. Drôle de constat si je puis dire, puisque c’est justement l’âge qui m’a fait comprendre combien maîtriser plusieurs langues était une richesse !

Apprendre une langue pour voyager : se limiter à l’essentiel

En voyage, d’une manière générale, il n’y a pas de place pour l’inutile ! Votre valise ne contiendra jamais plus que son volume, et votre cerveau ne retiendra que ce qu’il est capable de retenir.

Inutile donc d’espérer rédiger une dissertation de 17 pages sur Guerre et paix de Tolstoï. Concentrez-vous plutôt sur les choses indispensables.

Les mots de base

Rappelez-vous vos enfants ou à défaut, vos neveux, vos nièces, bref, n’importe quel bébé de 18 mois… Quels ont été leurs premiers mots (maman et papa mis à part) ? oui et non… Enfin surtout non !

Pourquoi ? Parce que ce sont les mots les plus utiles d’une langue. Ceux qu’ils entendent tous les jours, plusieurs fois par jour même. Où que vous partiez ce sont des mots dont vous aurez forcément besoin.

Les formules de politesse

S’il vous plaît, merci, de rien, pardon, bonjour, au revoir… Tous ces mots qu’on fait entendre à nos enfants dès leur naissance, et sur lesquels on insiste lorsqu’ils apprennent à parler. Pourquoi ? Parce que ce sont des mots de politesse, et que ne pas les dire serait…mal élevé !

Je me suis rendue compte dans un restaurant espagnol, dont les menus n’était pas traduits en anglais, que terminer ma commande totalement hésitante et ânonnée par por favor avec un grand sourire rendait le serveur plus avenant.

De même au Danemark, arriver dans un hôtel ou un camping en souriant et en disant Goddag ! jaj hedder Plume, rendait le réceptionniste curieux, même si je continuais en anglais. Bien souvent, il prenait le temps de savoir ce que nous avions déjà visité avant de nous conseiller d’autres lieux dans la même lignée.

Le minimum vital autre

Au delà des mots de base et des formules de politesse, il est bon de connaître quelques formulations de phrases et quelques mots de vocabulaires pour mieux communiquer. Par exemple : puis-je avoir du pain / de l’eau / un café / un thé, s’il vous plaît ? Pouvez-vous parler plus doucement s’il vous plaît ? je ne comprends pas. Que signifie …. ? Parlez vous français ? anglais ? Savez-vous où se trouve l’hôtel ? le restaurant ? Combien ça coûte ?

Comment savoir à l’avance de quel vocabulaire vous aurez besoin ?

La clé est d’imaginer son voyage, et d’identifier toutes les situations dans lesquelles on se trouvera.

Par exemple, je suis en train de préparer un voyage à Rome pour avril prochain. J’y vais en train (changement à Turin), et je n’aurai pas de voiture. Quelques situations que je suis en train de préparer :

  • – A la gare de Turin, je risque de chercher mon train pour Rome. D’ailleurs, peut être que je manquerai ma correspondance.
  • – Arrivée à Rome, il faut que j’achète un ticket de Bus pour la semaine, que je demande le plan des lignes de bus et de métro, que je me renseigne si le ticket est valable jusqu’au Vatican, et s’il est valable jusqu’aux ruines d’Ostia Antiqua. Enfin, je devrai demander à partir de quel âge les enfants payent.
  • – Je vais aller manger dans un restaurant, j’aurai à commander, à complimenter sur le repas, à demander l’addition, et où sont les toilettes.
  • – Je vais peut être me perdre, ou devoir chercher un restaurant sympa, il faudra que je puisse demander une bonne adresse à quelqu’un.
  • – Finalement peut-être que nous irons à Ostia Antiqua en bateau, mais où s’achètent les billets? combien ça coûte ? A partir de quel âge les enfants payent ?
  • – Peut être qu’un de mes enfants sera malade, il me faut un minimum de vocabulaire (mal au ventre, à la tête, aux oreille, a vomi, allergie à… etc)

Répétez ce dont vous allez avoir besoin, comme si vous prépariez un spectacle

Vous voulez que je vous dise ? J’ai fait une dizaine d’années d’anglais dans ma scolarité… Comme à peu près tout le monde d’ailleurs. J’avais même le niveau B2 au TOEIC en 2008 (après trois mois de préparation intensive).

Mes premiers voyages ont suivi… Et vous savez quoi ? J’étais incapable de me débrouiller seule. Oui je connaissais mes règles de grammaire, mes deux pages de verbes irréguliers et le nom de presque tous les animaux, des couleurs et des jours de la semaine sur le bout des doigts… j’avais même appris tout un tas de vocabulaire spécifique au monde du voyage. Mais je n’y arrivais pas.

Pourquoi ? L’inhibition, la trouille, le manque d’entraînement… Un peu tout en fait.

Alors maintenant, je ne me contente pas de lire les phrases dans ma tête pour les apprendre. Non. Je les lis, les relis et les re-relis à voix haute, en testant différentes intonations. Ce qui amuse beaucoup mon Arpète de 4 ans !

Alors je ne vais pas dire que j’arrive sûre de moi face à une situation même travaillée… Mais si ma première phrase est toujours hésitante, je prends de l’assurance plus rapidement, pour ma plus grande fierté.

Et si vous ne comprenez pas la réponse des locaux ?

Effectivement, en vous limitant à l’essentiel, vous ne comprendrez pas nécessairement la réponse des locaux. Je pense que vous vous en doutiez !

Mais au risque de vous surprendre, les gens ne sont pas tous des ours mal léchés !

D’ailleurs, imaginez que vous soyez pressé, et qu’un étranger vous dise : « bojou, ié cherge léglisia sainte Pierré » et qu’il ne comprenne pas ce que vous lui répondez… Qu’allez-vous faire ? L’ignorer ? Le contourner et partir sans vous retourner ? Ou alors parler plus doucement, en mimant, ou en dessinant le chemin sur un vieux bout de papier que vous aviez dans votre sac ?

Moi personnellement, ce serait la dernière proposition, vous aussi certainement… Pourtant nous sommes français, les rois des râleurs !

Et bien à l’étranger c’est pareil. si vous faites l’effort d’essayer de vous faire comprendre, vos interlocuteurs feront pareil… D’ailleurs parfois cela donne lieu à des situations cocasses !

 

Et vous faites-vous l’effort d’apprendre quelques mots ou quelques phrases dans la langue du pays que vous visitez ? En quelles langues par exemple, savez-vous dire merci ?

 

Taggé .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

26 réponses à Apprendre quelques mots dans la langue du pays visité

  1. Franca dit :

    Hello moi j’ai toujours adoré les langues anglais italien allemand et plus si dois partir en vacances. À bientôt

    • Plume dit :

      C’est vrai ? Moi c’est venu sur le tard. Peut-être parce que les langues qu’on m’a imposées à l’école ne me convenaient pas, ou parce que je e voyageais jamais ?
      Mais c’est quelque chose que je regrette énormément. D’ailleurs je travaille beaucoup à m’améliorer. Et j’apprends systématiquement à mon fils à se présenter, dire son âge et son adresse dans la langue du pays (ça peut toujours servir, on ne sait jamais)

  2. Angélique dit :

    Côté langues étrangères (autres que le français, et l’anglais que je maîtrise un peu), j’y vais carrément au feeling (et si ça ne suffit pas, je parle en faisant des gestes ahah).
    En général, j’apprend juste à dire Bonjour et Merci dans la langue locale et je poursuis la conversation en anglais 🙂

    PS : je ne me souviens moi-aussi que d’une seule des déclinaisons mais en latin 😛

    • Plume dit :

      Je me souviens de mes deux derniers voyages en Italie : l’un à Turin, et l’autre un road-trip en Italie du Nord… Certaines réservations ne devaient être faites que par téléphone, et les italiens parlaient…italien.
      De même à Turin, nous étions perdus, et impossible de retrouver notre voiture (si si ça arrive), et pareil, ils parlaient…italien.
      Alors pour être objectif, c’est vrai que le langage corporel aide bien ! Sauf qu’à Turin, je voulais manger une glace à la cuiller, c’était mon trip. Je ne savais pas comment ça se disait… Je me souviens de ma mère et moi en train de mimer le remplissage de cornet, et surtout du monsieur qui nous regardait dépité !

  3. Nadine dit :

    Pas toujours facile, mais c’est clair qu’il est plus simple d’apprendre quelques mots avant de partir dans un autre pays

    • Plume dit :

      Disons que c’est plus facile maintenant qu’il y a 15 ans… C’est sûr que ça prend un peu de temps. Mais c’est quelque chose d’important pour moi. Vous auriez vu la surprise des danois juste quand je les saluais en danois !!! Même si tout le reste de la conversation était en anglais, ils appréciaient vraiment.
      Après rien n’empêche de faire des anti-sèches et de relire la phrase juste avant d’en avoir besoin !

  4. Anaïs Carrel dit :

    super article !

    beautiful day xoxo
    Anaïs

  5. Salwa dit :

    Moi qui suit en licence de langue je ne peux que tu conseiller d’aller jeter un oeil à memrise qui est une application qui t’apprendras les langues gratuitement et super rapidement ! ( il y a également un article sur mon blog qui pourras t’aider !)

    • Plume dit :

      C’est vrai ? Justement, je voulais faire un article sur les applications gratuites de langue !
      Je n’avais pas encore eu le temps de me renseigner. Je vais aller voir. Merci

  6. Coucou!

    Article vraiment très très bien et de bons conseils. Je prepare mon voyage au Portugal et au Cap-Vert et meme si je connais la langue, je sais que je vais me faire coincer a ne plus m’en souvenir et a oublier des mots puisque je ne l’ai pas parle depuis longtemps pour privilégier l’anglais. Ca me rappelle que un petit rafraîchissement s’impose.

    • Plume dit :

      Même si un petit rafraîchissement s’impose, je suis sure que tu as le minimum vital pour t’y débrouiller, quitte à utiliser quelques gestes !
      Le Portugal doit être très joli. Ça reste un pays très mystérieux pour moi : j’ai en tête quelques photos de blogs voyages, mais je n’ai par exemple jamais vu de reportage à la télévision ! J’ai en tous cas très envie d’y aller un jour.

  7. gwendoline dit :

    C’est en voyageant qu’on comprend l’intérêt de la langue! Et j’essaie toujours d’apprendre quelques mots avant de partir! Mais je parle français, anglais et assez bien l’espagnol, ca aide pas mal à l’étranger! Très sympa ton article en tout cas, je m’y suis retrouvée!

    • Plume dit :

      C’est vrai que sans voyager, on ne se rend pas compte à quel point les langues nous ouvrent sur le monde.
      C’est vraiment quelque chose que je veux transmettre à mes enfants. Eux aussi apprennent quelques mots avant de partir. D’ailleurs ça les amuse beaucoup !

  8. Vic dit :

    Génial cet article! Et je trouve que, même pour soi même, c’est plutôt sympa d’apprendre les grandes lignes de la langue du pays dans lequel on va. Surtout que, avec internet, pas d’excuses!

    Vic http://victoriacarlet.com

    • Plume dit :

      Tout à fait d’accord. Internet est une mine d’informations.
      Il y a même des cours youtube gratuits pour apprendre l’italien !
      Non, vraiment aucune excuse.

  9. Clémentine dit :

    Article vraiment très intéressant et logique. J’étais justement en train de me dire, que moi qui rêve de voir le monde, comment je ferais dans des pays non anglophones haha. Et puis je pense qu’une fois sur place, si tu reste quelques semaines, c’est aussi plus simple d’apprendre. Mais j’aime bien la technique de préparer des phrases à l’avance !

    • Plume dit :

      A vrai dire, même pour un weekend, j’essaie d’apprendre quelques mots. Pour quelques semaines, j’apprends quelques phrases par contre.
      Préparer mes phrases à l’avance c’est mon levier de réussite ! (Mais je n’ai pas précisé que je gardais toujours une anti-sèche dans ma poche)

  10. Jessica dit :

    Je n’ai jamais voyager dans des pays ou il fallait que je parle autre que le Français ou l’Anglais, mes assurément que si je vais dans un pays ou il n’y parle pas l’une de ses langues, je vais apprendre quelques petit mots et phrase pour être certaines que tout ce déroule parfaitement!

  11. Ena dit :

    Moi ca a été dur aussi les langues…J’ai fait du japonais, il m’en reste quasiment rien! En anglais, c’était pas le super top, mais depuis quelques temps maintenant, je regarde fils et séries en vo sous-titrée dès que c’est faisable et j’ai vu une grosse différence. Je comprends beaucoup mieux, mais j’ai encore du mal à parler (mais comme tu dis, je pense que c’est plus par inhibition qu’autre chose…) Très chouette ton artile 🙂

    • Plume dit :

      C’est clair que l’inhibition est désastreuse. Lorsque je suis seule et que je m entraîne face au miroir, je suis presque bilingue. Mais des que je suis face à quelqu’un je perds tous mes moyens.D’ou le fait que j’apprenne des phrases par coeur!

  12. Myriam dit :

    Je me retrouve dans cet article! Effectivement j’ai remarqué combien les comportements changeaient lorsqu’on commençait à dire « bonjour, merci, svp », dans la langue des autochtones (en fait ça se tient aussi pour la France finalement ^^).

    Au Sénégal je disais 2-3 mots wolofs et tout de suite, ça permettait de casser la barrière. Idem à Madagascar. Le plus compliqué ce fut au Vietnam où là je n’ai su dire aucun mot!! et comme personne ne parlait anglais.. c’était vraiment folklorique pour se faire comprendre!!

    Par contre essayer d’apprendre à parler certaine langue sans les avoir entendu avant ou juste via la lecture, je déconseille fortement!!
    A Madagascar bonjour monsieur s’écrit « Manao tompoko » et se pronoce « manaon toupk
    pardon s’écrit « aza fady » et se prononce « azafat ».
    le coiffeur « mpanety » et se prnonce « panet ».
    Du coup c’est surtout ça qui me freine dans une langue! la prononciation!

    • Plume dit :

      Personne ne parle anglais au Vietnam ? C’est bon à savoir !
      Un de mes prochains articles portera justement sur les applications qui permettent d’entendre la langue.
      La prononciation est ce qui te freine pour apprendre une langue ? Pourtant on entend partout que l’accent français est « charming »!

  13. Emeline dit :

    je ne suis pas très douée pour les langues non plus, il suffit de bien se préparer. J’arrive mieux à parler qu’à comprendre par contre. très sympa cet article avec des petites astuces…

    • Plume dit :

      Idem ! Mais les efforts sont toujours salués et au final on arrive souvent à se comprendre, pour peu qu’on fasse des efforts des deux côtés !