Partir hors vacances scolaires avec des enfants

Bon, on ne va pas se mentir, tous les parents qui me lisent ici ont déjà envisagé de partir en famille hors vacances scolaires… Et même avec des enfants scolarisés. Encore plus cette année, où les vacances de la Toussaint démarraient un jeudi, pour se terminer un mercredi soir ! Quelle hérésie pour le tourisme. Enfin, il paraît que c’est dans l’intérêt de l’enfant.

Partir hors vacances scolaires, que dit la loi ?

Première possibilité : partir et excuser l’absence après coup

Toujours en citant l‘intérêt de l’enfant, décidément il a bon dos l’intérêt de l’enfant, l’assiduité aux enseignements obligatoires prévus à leur emploi du temps est un des devoirs des élèves (et donc des parents).

Lorsqu’un enfant manque la classe, nous, parents, devons fournir un motif d’absence. Pour cela, sachez qu’il est strictement interdit de manquer l’école, sauf en cas de motifs légitimes. Et là, je cite l’article L131-8 du code de l’éducation, les cas d’absence légitimes sont : « maladie de l’enfant, maladie transmissible ou contagieuse d’un membre de la famille, difficulté accidentelle de communication, absence temporaire des parents que l’enfant suit. Les autres motifs sont appréciés par l’inspecteur d’académie. »

Si vous ne fournissez pas de motif d’absence, ou si le motif d’absence n’est pas légitime au yeux du fameux article L131-8 du code de l’éducation, ou encore, s’il est prouvé que vous mentez sur le motif d’absence, le directeur ou la directrice devra saisir l’inspecteur d’académie. Pas de jugement de valeur, c’est son travail. Ce dernier adressera alors aux familles un avertissement et leur rappellera qu’elles encourent des sanctions pénales :

  • – lorsque, malgré l’invitation du directeur ou de la directrice de l’établissement d’enseignement, elles n’ont pas fait connaître les motifs d’absence de l’enfant ou qu’elles ont donné des motifs d’absence inexacts ;
  • – lorsque l’enfant a manqué la classe sans motif légitime ni excuses valables au moins quatre demi-journées dans le mois.

Certes, dans la pratique c’est rare et réservé aux cas extrêmes. Cependant, je ne peux pas vous encourager à tenter de biaiser le système !

deuxième possibilité : demander une autorisation d’absence

Passons maintenant à l’article R131-5 du code de l’éducation :

En cas d’absence prévisible, les personnes responsables de l’enfant en informent préalablement le directeur de l’école ou le chef de l’établissement et en précisent le motif. S’il y a doute sérieux sur la légitimité du motif, le directeur de l’école ou le chef de l’établissement invite les personnes responsables de l’enfant à présenter une demande d’autorisation d’absence qu’il transmet à l’inspecteur d’académie, directeur des services départementaux de l’éducation nationale.

La procédure est expliquée : vous avez décidé de partir en vacances hors période scolaire, vous écrivez donc au directeur de l’école de votre (vos) enfant(s) pour vous excuser. Vous trouverez ici quelques lettres d’exemple…à ne pas suivre.

Comme le fait de partir en vacances n’est pas un motif légitime au regard de l’article L131-6 du code de l’éducation, le directeur d’établissement se verra dans l’obligation de saisir l’inspecteur d’académie. Ce sera lui qui jugera de la validité du motif.

Vous serez alors confronté à l’un des deux cas suivants :

  • – il refuse vos vacances aux ski. C’est le pire des cas, car si vous partez quand même avec vos enfants, ils se douteront bien que vous mentez sur le mot d’absence. Surtout si vos enfants reviennent tous bronzés avec les traces du masque ! A la limite, si c’est la semaine précédent les vacances, vous pourriez être partis les deux autres semaines mais sinon, vraiment difficile à cacher…
  • – vous nourrissez derrière ce voyage un vrai projet pédagogique : en histoire ils ont fait les pyramides et vous comptiez justement visiter celle de Gizeh, idem pour les autres matières, vos enfants tiendront un carnet de voyage, et prépareront un exposé pour leurs copains…L’inspecteur pourrait très bien vous autoriser cette absence et vous seriez en règle vis à vis du système éducatif.

troisième possibilité, si votre voyage dure une année scolaire : l’IEF

IEF pour Instruction En Famille.

En France, l’école n’est pas obligatoire. C’est l’instruction qui l’est. La différence ? Un enfant peut s’instruire en dehors des bancs de l’école, par exemple en famille. Je ne pratique pas moi même, vous trouverez certainement des familles de voyageurs qui pourront vous renseigner sur les formalité à remplir.

Partir pendant ou hors vacances scolaires, c’est avant tout une question de conscience

Comme dirait Coluche, je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire !

calendrier prévoir des vacances hors vacances scolaires experiences en famille

Il y a tout d’abord les cas particuliers

Dans cette catégorie rentrent tout d’abord les parents d’enfants qui n’ont pas atteint l’âge de la scolarité obligatoire, c’est à dire 6 ans, et qui de ce fait ne sont pas prioritaires pour poser leurs congés pendant les vacances scolaires. Les rejoignent ensuite, tous les parents qui ne peuvent de toutes façons pas prendre leurs congés annuels pendant les vacances scolaires : par exemple les professionnels du tourisme. Et enfin arrivent tous les autres parents qui sont dans des situations particulières dont on n’a pas forcément idée.

Ces parents-ci ne vont tout de même pas attendre la retraite pour profiter de leurs enfants. Ils ne vont pas non plus démissionner et se retrouver au chômage ! Dans l’intérêt de l’enfant prend alors (au moins à mes yeux) un autre sens.

Puis tout un tas d’arguments et leurs contraires tels que : on apprend à l’école, mais on apprend aussi en dehors de l’école !

Quel que soit son âge, un enfant peut s’ouvrir au monde. D’ailleurs, en tant que parents, c’est toujours une véritable joie de l’emmener voir mille et unes choses, de lui faire vivre de nouvelles expériences ! Loin ? Près ? Qu’importe ! Ou que vous l’emmeniez, il en retirera toujours quelque chose.

En courant dans la montagne, il découvrira des paysages magnifiques, montera dans des télécabines, fera du bateau ou du pédalo sur un lac… A la mer, il ramassera des coquillages, verra des éoliennes… A l’étranger, il entendra une nouvelle langue, connaîtra peut être un nouveau climat, apprendra une nouvelle culture. D’ailleurs, ne dit-on pas que les voyages forment la jeunesse ?

De plus, seule l’instruction étant obligatoire (et non l’école), vous vous sentez parfaitement le droit de proposer ponctuellement à vos enfants une autre approche !

Oui mais voilà, vous avez fait le choix, de solariser votre enfant, répondront les détraqueurs ! Qu’il soit en maternelle ou plus grand, une fois votre enfant inscrit, vous vous devez de respecter les dates d’ouverture et de fermeture. Et oui, l’école n’est pas à la carte, elle est soumise à un règlement !

Certains iront même jusqu’à vous accuser de ne pas respecter le travail évolutif de l’enseignant. Et même pire, si votre enfant est encore en maternelle, vous pourriez vous voir conseiller de le mettre à la garderie, ainsi vous auriez tout le loisir de prendre vos vacances quand bon vous semble et de profiter des tarifs préférentiels !

Manquer quelques jours d’école ne va pas lui faire rater toute sa scolarité !

C’est sûrement vrai !

En maternelle, une quantité non négligeable d’enfants connaissent une scolarité en pointillés pour raison de santé : gastro, rhino, etc. C’est en général particulièrement vrai pour les enfants qui n’ont jamais connu la collectivité. Et force est de constater que ça ne les empêche pas d’avoir par la suite une scolarité correcte ! Alors, comme votre enfant n’a quasi rien manqué, il peut bien échanger ces absences non prises, en une semaine de vacances fin juin !

Quand il sera plus grand, vous vous direz que ce ne sont pas 3 jours d’absence qui vont engendrer un retard chez lui. Oui, oui, les habitudes se prennent vite ! D’ailleurs, ce n’est pas faux. Sinon, tous les enfants seraient en retard : la plupart sont malades au moins 3 jours par an ! En plus, votre enfant est un bon élève. Et puis quand vous-même étiez au lycée, vous avez séché bien plus que 3 jours, et vous avez eu votre bac quand même !

Là encore, vous auriez raison…Mais, parce qu’il y a toujours un mais, quelle valeurs apprenez-vous à vos enfants en faisant cela ? Que dans la vie on fait ce qu’on veut ou alors qu’il y a des règles à respecter ?

L’enfance c’est court et précieux, votre enfant a tout son temps pour se plier aux contraintes de la société plus tard

On a une seule enfance, une seule vie. Il faut saisir le bonheur quand il passe. Et les opportunités à saisir ne tiennent pas forcément compte du calendrier scolaire ! A son retour de vacances votre enfant sera plus heureux et épanoui qu’avant votre départ. Alors vous vous direz, pour sûr, que les vacances lui auront été plus bénéfique qu’une semaine d’école.

Ce à quoi on pourrait vous répondre que l’école c’est le travail des enfants. Si vous ne pouvez pas prendre vos vacances en juillet/aout, et bien votre enfant ne peut pas les prendre en juin. L’école c’est des vacances avec des dates imposées comme dans certaines entreprises. Diriez-vous, vous-même à votre chef je rattraperai mon travail plus tard, mais je pars en vacances à ces dates vous n’avez pas le choix ? C’est pareil pour un enfant scolarisé. Et puis, vous auriez l’air de quoi en disant à votre enfant qui tente le coup du mal au ventre un énième lundi matin, qu’il faut aller à l’école quand même ?

Il vaut mieux partir hors vacances scolaires que de ne pas partir du tout

Combien d’enfants ne partiront pas en vacances cette année ? Et combien n’iront jamais en vacances de leur enfance ? Beaucoup trop ! Les enfants qui ne partent pas en vacances se remarquent à la rentrée. Ils ont moins de choses à raconter à leurs copains, moins de souvenirs à partager… Dans la société actuelle, ne pas partir, c’est presque une forme d’exclusion sociale ! Il faut penser que nous ne sommes pas tous égaux, quelques années sans partir, ça vaut bien une petite semaine sans école, non ?

Ben en fait non, vous répondront certains. Avoir des enfants, cela veut aussi dire avoir des obligations et des contraintes. Partir en vacances n’est pas une nécessité ni un devoir, c’est un privilège. L’école est un devoir. Et les 4 mois de vacances prévus au calendrier scolaires sont largement suffisants pour ne pas en rajouter davantage ! D’ailleurs, si vous prenez 15 jours de vacances à partir de la mi-juin, qu’allez-vous faire de vos enfants juillet-aout ?

Et d’un point de vu prof

Difficile de retanscrire le discours d’un prof, tant cela dépend des individus et des individualités.

Je dirais que tant que ce n’est pas quand les élèves ne sont pas là que le problème se pose : il y a moins d’élèves, pour peu qu’ils soient nombreux à être absents, la classe est plus calme, elle avance mieux. Le problème c’est quand ils rentrent…

Par exemple, lorsqu’un élève a manqué les apprentissages fondamentaux et revient le jour d’une évaluation ! Ou quand la classe travaille sur un album/un spectacle que l’élève n’a pas vu et qu’il faut le relire ou lui réexpliquer parce que sinon il ne va rien comprendre au travail qui se fait autour !

Tous ceux qui étaient présents n’ont pas forcément envie de réécouter ce qu’ils ont déjà fait la veille. Alors ils s’agitent et cela perturbe la classe. Et impossible de les punir, puisqu’au fond ce n’est pas de leur faute !

Finalement, de quelle team faut-il être ?

Pour ma part, je ne suis pas sure qu’il existe une bonne réponse. Chaque famille est tellement unique ! Je crois que ce sont surtout les extrêmes qui sont néfastes. Disons que les principes c’est bien, mais que parfois, il est bon d’arrêter de se pourrir la vie avec !

Et vous, trouvez-vous choquant le fait de faire manquer l’école à un enfant ? Ou au contraire, avez-vous des principes, mais êtes prêts à y déroger si une occasion se présentait ?

Êtes vous déjà partis hors vacances scolaires ? Et comment cela s’est passé avec l’école ?

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 réponses à Partir hors vacances scolaires avec des enfants

  1. bravo pour votre site, bonne continuation

  2. Nous dit :

    Bonjour,

    Parents d’une petite fille scolarisée en CP, nous avons fait un courrier à l’inspecteur académique, sur demande de l’institutrice et du directeur d’école, pour l’informer de son absence pendant une semaine pour vacances familiales. Nous sommes partis, et à notre retour, nous avons reçu un courrier d’avertissement nous rappelant l’obligation scolaire etc… Avec copie au Directeur, au maire… On a voulu être honnêtes, tant pis. La prochaine fois on préviendra l’école le lundi matin, depuis les pistes de ski, pour dire que la petite est malade pendant une semaine (d’une maladie non contagieuse donc certificat médical non obligatoire).

    • Plume dit :

      Bonjour,
      Comme je l’écrivais dans cet article, votre fille a 6 ans, son instruction est obligatoire.
      Votre fille est inscrite à l’école, un de ses devoirs est l’assiduité aux cours sauf en cas de motif légitime.
      Vous avez effectivement été honnête et vous avez informé l’inspection académique de son absence prévisible, c’est tout à votre honneur. Cependant, le ski n’est pas vraiment ce qu’on peut appeler un motif légitime d’absence (pas une maladie, pas un problème familial…), et n’est même pas un projet pédagogique (visite de châteaux etc). L’inspecteur, en tant que professionnel, ne peut donc en aucun cas vous donner sa bénédiction pour ces vacances.
      En tant qu’être humain, bien sûr, ça aurait été sans doute différent… Mais cela n’est pas le sujet !
      Attention cependant pour l’an prochain, si vous écrivez un mot d’excuse à l’école, comme quoi votre puce était malade, et qu’elle revient avec les traces du masque, le directeur pourrait trouver votre motif douteux, et il devra saisir l’inspecteur académique ! Je ne l’ai jamais vu… mais cela n’est pour autant pas impossible.

  3. Nous dit :

    Merci pour votre réponse.

    Petites précisions :
    – nous savions que l’inspectrice n’allait pas nous donner son accord, c’est la raison pour laquelle nous avons écrit un courrier d’information, et non une demande d’autorisation d’absence,
    – nous n’envisageons pas d’écrire à l’école l’année prochaine, ce sera uniquement une communication téléphonique le lundi pour prévenir qu’elle est malade. A son retour, on nous demandera certainement un certificat médical et on leur précisera que nous n’en donnerons pas car non obligatoire si affection non contagieuse.

    Pour les éventuelles traces de bronzage, on fera preuve de précaution : on lui mettra de la crème solaire… Et pis on demandera au prof quelle marque il utilise pendant ses 8 semaines de vacances l’été.

    • Plume dit :

      Dans l’école de mon fils ils ne m’ont jamais demandé de certificat médical. Nous aussi, on peut prévenir de l’absence par téléphone, mais on est obligé de donner un motif…invérifiable et invérifié le plus souvent !
      Il est normal que l’inspecteur vous ait écrit ce courrier, c’est son boulot. Si tous les élèves d’une classe partaient n’importe quand, comment ferait un prof pour gérer les retards de leçons des uns et des autres, placer ses interros, ses sorties scolaires etc ?
      Mais dans la pratique, comme tout le monde ne le fait pas, il est dommage qu’il n’y ait pas de tolérance pour les cas spécifiques.
      Pour ma part, j’ai déjà fait manquer mon fils une journée par-ci, par-là… Certains crieront au scandale, à une marque d’irrespect du professeur. Ma conscience et moi-même avons réfléchi avant tout à ce qui était le mieux pour lui et nous sommes tombé d’accord sur le fait qu’il manque ces quelques journées ! Par contre, pour une journée, nous n’avons pas fait la demande d’autorisation d’absence à l’inspection académique. Nous avons préféré biaiser le système…
      Votre dernière phrase « on demandera au prof quelle marque il utilise pendant ses 8 semaines de vacances l’été. » un peu basse !

  4. suard dit :

    Bonjour,
    Super article!
    Question:
    Un des motifs légitimes d’absence est « absence temporaire des parents que l’enfant suit ». Qu’est-ce que cela signifie exactement? Parce que si je décide de partir en vacances avec mon conjoint, je ne vais pas laisser mes enfants seuls à la maison, donc ils doivent me suivre….
    Je m’apprête à écrire à la directrice de l’école de notre fille pour demander une autorisation d’absence de 2 mois (septembre et octobre), j’essaierai de me rappeler de vous tenir informés de la réponse…

    • suard dit :

      Bonjour,
      Alors j’ai fait ma demande d’autorisation d’absence à l’Inspection Académique qui m’a précisé que je devais faire une déclaration d’instruction à domicile auprès de leur service et de la Mairie, ce que j’ai fait. Ma demande a été acceptée, quelques jours après notre départ…
      Ma fille devait être inspectée mi-décembre mais lorsque nous sommes rentrés (le 7 novembre), j’ai prévenu Mairie et école que nous étions rentrés et le lendemain, ma fille retournait à l’école. L’inspection n’aura donc pas lieu. Voilà!
      En tout cas, je m’étais bien inspirée de ce site pour rédiger ma lettre alors merci!
      La maîtresse a semblé être compréhensive puisqu’elle a accepté de me donner sa progression du premier trimestre pour chaque matière.