Je suis le Grinch du Nouvel An

Le Grinch, vous savez, l’espèce de croque-mitaine tout vert qui déteste Noël ? Celui que les préparatifs font grogner quand ils ne l’incitent pas à des farces plus ou moins perverses… Ben moi c’est pareil ! Autant je suis une amoureuse de Noël, autant le Nouvel An m’agace au plus haut point.

Pourquoi le nouvel an m’énerve ?

En premier lieu, après l’overdose de nourriture de Noël, le tour de France pour visiter la famille et les cris des enfants surexcités, j’aspire à un peu de calme et certainement pas à refaire la chouille.

Deuxièmement, le nouvel an est loin d’être la fête de l’année. Non franchement…le nouvel an c’est surtout de la viande soule dans les rues et du vomi sur les trottoirs. Essayez de lister les meilleures fêtes auxquelles vous ayez participé… Il y a un nouvel an dedans ?

Et puis pêle-mêle : il fait froid, il fait tout le temps nuit, mes enfants vont de toute façon se réveiller aux aurores le lendemain… Mais alors le pire du pire, c’est ce déluge de bonne année qui s’en suit. Ce débordement de sincérité lorsque je me sens obligée d’envoyer un SMS à tout mon carnet d’adresse ET d’appeler certains dès le lendemain certains, sinon j’aurai le droit à la soupe à la grimace.

10 – 9 – 8 – 7 – 6 – 5 – 4 – 3 – 2 – 1 – BONNE ANNEE

Et puis viennent les jours suivants. Quelle joie de recevoir les vœux totalement désintéressés du club de gym absolument hors de prix où je le suis inscrite l’été dernier, et du garagiste ! Comme j’aime arriver au travail et être obligée de présenter les meilleurs vœux à tous mes collègues : ceux que j’apprécie, mais surtout les autres…  D’ailleurs qui a inventé cette règle tacite qu’il faut souhaiter la bonne année à tous jusqu’au 31 janvier ?

Je ne suis pas aigrie, ni sans ami, ni no life… J’ai aimé les grosses fêtes de réveillon puis j’ai aimé les réveillons qui sortaient de l’ordinaire, et maintenant je veux juste profiter de me coucher tôt une nuit de plus avant de reprendre le boulot. L’âge ? La fatigue des enfants ? Allez savoir !

Enfin voilà quoi, depuis l’an dernier, je suis le Grinch du Nouvel an. Et vous voulez que je vous dise ? Cette année encore, je n’ai pris aucune résolution !

Non mais franchement, des résolutions pour quoi faire ?

L’origine de cette tradition remonte à il y a 4000 ans, à l’époque des babyloniens. Ceux-ci prenaient comme résolution de rendre le matériel agricole emprunté…Alors pourquoi cette tradition a survécu à quatre millénaires ? et surtout comment ? Je ne sais point. Mais toujours est-il qu’il y a une semaine, 93% des français ont pris de bonnes résolutions. C’est fou vous ne trouvez pas ?

En bon Grinch que je suis, je fais partie des 7% qui n’en ont pas pris. Enfin, je dois dire que même à l’époque où je me faisais une joie de fêter le Nouvel an, je n’en prenais pas non plus… Pour quoi faire, puisque de toute façon je ne les tiendrai pas ! (voire j’en aurai oublié certaines avant mon premier bilan).

Non vraiment. Vous croyez réellement que ça marche comme ça, vous ? Que vous allez changer votre vie juste parce que vous avez changé d’année ? Ohé, la magie de Noël c’était la semaine dernière, là on est à nouveau dans la vraie vie !

Si on veut tenir une bonne résolution, il faut la prendre parce qu’on en a vraiment envie, et parce que c’est le moment. Certainement pas pour faire comme tout le monde ou parce que c’est une tradition. Il se trouve que nos vies ne sont pas forcément calquées sur le calendrier grégorien… et donc que même si nous avons des ambitions, nous n’avons pas systématiquement à ce moment là toutes les cartes en main pour les réaliser.

A quoi bon alors prendre des résolutions tout en sachant qu’on ne pourra pas les tenir ? A-t-on vraiment besoin de se rajouter une pression supplémentaire ? Ou peut être est-ce un petit côté masochiste qui ressort ?

Tiens et si justement c’était ça ma résolution ?

Être libre de continuer mon petit bonhomme de chemin sans objectif, sans délai, avec juste de la passion, du plaisir et un peu de rigueur ! Et puis voir ou tout ça m’emmène…

C’est une belle résolution ça non ? Avancer à mon rythme, au gré de mes envies et de mes capacités. Savoir m’arrêter quand j’en ai besoin ou envie et puis reprendre.

C’est comme cela que je voyais le blogging quand j’ai commencé, et je n’ai pas envie de changer mon regard. Il faut dire que c’est particulièrement facile, puisque ce n’est pas mon travail !

Mais maintenant que je me suis livrée ainsi, je suis bien embêtée pour conclure…

L’heure de vérité : Grinch jusqu’au bout des poils ou pas ?

Maintenant que j’ai cassé les rêves de 93% d’entre vous… Que dire ? Mon père disait toujours vise la Lune, tu obtiendras peut-être le lampadaire… Un optimiste mon père !

Mais il n’a pas tort. Il est important dans la vie d’avoir des rêves, c’est ce qui permet d’avancer. Alors si prendre des résolutions chaque année vous permet de croire en vos rêves, de vous donner l’impression de vous en approcher, alors n’hésitez pas une seconde, foncez ! Et à vous tous, les 93%, je vous souhaite en toute sincérité une excellente nouvelle année et mes meilleurs vœux pour 2017.

Quand aux 7% qui sont dans le même état d’esprit que moi, je vous souhaite en toute sincérité une excellente nouvelle année et mes meilleurs vœux pour 2017. Oui oui, vous avez bien lu. Je sais que je disais que je n’aimais pas ces déluges d’hypocrisie, mais pour le coup c’est vraiment sincère (la preuve, nous ne sommes pas le 1er janvier)

Et vous, faites vous partie des 93% qui prennent de bonnes résolutions ou des 7%  autres ?


Cet article fait partie de l’événement interblogueurs #CoulissesDuBlog créé par Mia, du blog Trucs de Blogueuse. Dorénavant, chaque lundi, je publierai un article où je vous ferai partager quelques anecdotes sur la vie de mon blog.

Pour lire les autres participations, c’est ici. Pour participer vous aussi à l’événement, le règlement est ici.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 réponses à Je suis le Grinch du Nouvel An

  1. Haha, j’ai trop bien rigolé, j’adore comment tu as tourné la chose 😉

  2. Ernestine dit :

    Hum c’est déjà pas mal un lampadaire, non ?!
    J’ai pas cette force de me dire que j’ai pas besoin de prendre de bonnes résolutions. J’y peux rien, ça me rassure. 🙂
    Donc félicitations pour tes non-résolutions !

    • Plume dit :

      Ce n’est pas tant que je n’ai pas besoin de prendre de bonnes résolutions, c’est plutôt que le nouvel an n’est, cette année encore, pas la bonne date dans ma vie pour le faire. J’ai des projets, des objectifs à moyen terme, mais je ne suis pas prête à me lancer le défi…
      J’en déduis que tu fais partie des 93%, alors je souhaite que tous tes projets se réalisent

  3. Ernestine dit :

    Merci !
    Ah d’accord ! C’est juste une question de date. 🙂
    Ceci dit il existe vraiment des gens qui ne se fixent JAMAIS d’objectifs et qui sont heureux. Et ça, ça m’épate.

    :p

    • Plume dit :

      Disons que ça dépend ce qu’on appelle objectif : par exemple, mon prochain objectif c’est de partir en vacances une semaine en avril. C’est un objectif ? ou c’est quelque chose de normal de partir en vacances de temps en temps ?
      En règle général, je ne me fixe que très peu d’objectifs. Je refuse la pression.
      Si on retire mes objectifs de vacances, et le blog qui est tout récent, je n’en ai plus aucun… Et oui, sans objectif, on peut aussi être heureux.

  4. Ping :Objectifs et résolutions pour toute la vie - Trucs de Blogueuse

  5. laila dit :

    Très drôle ton article.
    Cette année, j’ai ris mes résolutions en fonction de ce que j’avais envie d’être. Et pour le reste, et bien… j’ai créé un blog qui parle de rêves.
    Suis-je devenue un anti-grinch ?
    Oh non, surtout pas !