Continuer à voyager malgré la menace terroriste…

Quand tout a commencé…

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler d’un sujet beaucoup plus grave, très noir et très triste. De l’histoire d’une prise de conscience de maman, de Femme… Alors passons en mode Confessions Intimes

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours eu peur de l’avion. Pas une petite anxiété tout juste gênante la veille d’un grand départ, mais LA grosse angoisse totalement paralysante, qui fait que jamais je ne poserai un pied dans un avion sans être totalement shootée aux anti-anxyolitiques…

Enfin bref. Vous savez de quoi j’ai le plus peur en avion ? des terroristes !

OK, je sais qu’ils ne sont pas que dans les avions. D’ailleurs la plupart des crash sont dus à des défaillances techniques, mais il n’empêche qu’un terroriste dans un avion, ça fait vraiment flipper…

Est-ce que ça m’a déjà cloué au sol? Oui. Nous devions partir en Floride en janvier 2015, et devinez ? DAESH a été créé juste au moment de prendre les billets d’avion. Nous avons attendu jusqu’en septembre pour voir ce qui allait se passer, et c’est dans ces dates qu’ont eu lieu les premières décapitations monstrueuses (James Foley le 19 aout 2014, Steven Sotloff le 2 septembre, David Haines le 13, Hervé Gourdel le 24 et malheureusement encore bien d’autres ont suivi…).

Et puis tout s’est enchaîné…

Le 22 septembre 2014, DAESH a lancé un appel aux musulmans du monde à tuer les citoyens notamment américains et français… J’ai eu peur, peur de ce qui allait se passer, peur de ce que le monde devenait, peur de monter dans un avion qui faisait la liaisons entre deux pays nommément menacés.

Vous pensez qu’en somme je joue le jeu des terroristes? Oui, mais depuis que  je suis maman, même si je n’ai pas envie de transmettre à mes enfants des sentiments de peur, je n’ai pas non plus envie de leur faire courir des risques – que je juge – disproportionnés alors qu’ils n’ont pas demandé à voyager, à découvrir telle ou telle chose.

Et puis janvier 2015 est passé, aucun avion n’a explosé, ni été détourné, finalement j’aurai pu partir! Les décapitations ont continué. Des attentats bien plus meurtriers ont eu lieu, dans le monde, en Europe, à Paris par deux fois. Et à chaque fois, la vie a fini par reprendre son cours, par obligation, par résignation, par fatalité.

Nous avons à nouveau envisagé de prendre l’avion tout en mesurant les risques : pas le 14 juillet par exemple… Nous sommes donc partis le 13 juillet 2016 à Montréal. Au retour de la merveilleuse île Saint Bernard, nous avons appris ce qui s’était passé à Nice. Je l’avoue, je ne m’habitue pas et je ne m’habituerai jamais à l’horreur ! et puis pourquoi Nice? Ce n’est pas une capitale ? il n’y a pas de grandes institutions parlementaires? Alors pourquoi?

Nous avons continué notre voyage. Nous avons appris le 26 juillet qu’un prêtre avait été égorgé à Saint-Etienne-du-Rouvray (commune de 30 000 habitants), et en pleine messe! Ou va le monde?

Jusqu’à presque arriver chez nous

J’ai réalisé à quel point le terrorisme nous poursuivais où qu’on soit

Nous qui avions tant peiné à sortir de France, maintenant on en était à se demander si ce ne serait pas trop risqué de revenir en France ! Apparemment non, le 10 aout un attentat a été déjoué au sud de Toronto : le terroriste a été abattu par la police, mais il a eu le temps de faire sauter un engin explosif qui a « seulement » blessé le chauffeur de taxi qui l’emmenait (sans le savoir) en repérage.

Comme prévu, nous sommes rentrés le 14 aout. Encore une fois, la vie a fini par reprendre son cours, toujours par obligation, par résignation, par fatalité.

Encore une fois, nous avons recommencé à sortir. Nous sommes allés à la fête de la Mirabelle fin aout à Metz… Nous avions bien un peu hésité, mais que peut-il se passer à Metz ? Ce n’est pas une capitale, il n’y a pas de grandes institutions parlementaires… Nous y sommes allés, puis nous avons lu les gros titres : actu orange, loractu, etc

Jusque là, tous ces attentats étaient injustifiés, inexcusables, atroces, monstrueux, abominables, anormaux, inhumains, effrayants, horribles, terribles, affreux, effroyables, insensés, terrifiants, repoussants, épouvantables, cruels, incompréhensibles, tristes, et tout ce que vous pourrez trouver d’autres… Mais là on parle de Metz, fin aout, en pleine fête de la Mirabelle, de la place de la République où j’emmène régulièrement mes enfants !

Alors j’ai réalisé que le monde partait à vau-l’eau…

C’est ce jour là que j’ai vraiment réalisé quelque chose qui jusqu’à maintenant restait abstrait car j’ai eu cette chance de ne pas être touchée directement par ces événements : nous sommes TOUS des cibles potentielles, même moi, même mes enfants. C’est ce jour là que j’ai vraiment réalisé qu’il n’y a plus d’endroits où je pourrai Vivre. J’ai fini par comprendre que mes enfants devraient  grandir avec les grands panneaux en gare « réagir en cas d’attaque terroriste ».

comment reagir en cas d attaque terroriste

Alors depuis quelques jours, j’apprends à mon grand que si un jour je lui dis cours, qu’il doit courir le plus vite possible droit devant lui sans m’attendre, sans se retourner, et que si je lui dis cache-toi, qu’il doit se cacher derrière un mur et rester silencieux jusqu’à ??? ah, si je le savais… On s’entraîne, on joue au roi du silence, à cache cache. On cherche des cachettes quand on se promène en ville, ça le fait rire, et moi je pleure qu’un jour ça lui serve. Eux grandiront avec cette menace, elle fera partie de leur vie, comme celle de se tuer en voiture, d’avoir un cancer s’ils fument et moi je pleure de cette normalisation pourtant salvatrice…

Mais je sais que dans quelques jours, quelques semaines, comme à chaque fois, ma vie finira par reprendre son cours, par obligation, par résignation, par fatalité. Et comme à chaque fois, avec monsieur Plume, nous recommencerons à sortir et à voyager toujours en mesurant les risques parce que non le terrorisme ne nous empêchera jamais de montrer à nos enfants que le monde est beau.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 réponses à Continuer à voyager malgré la menace terroriste…

  1. Je comprends ce que tu ressens. Moi aussi je suis très, très angoissée par la menace terroriste. Mais ce n’est pas de l’avion dont j’ai peur, car depuis le 11 septembre, c’est le moyen de transport le plus sécurisé qui soit, moi c’est le métro, le TGV, etc… on a des tonnes de portiques de sécurité dans les avions, mais rien dans les TGV, ça me terrifie. C’est pas écolo, mais je suis totalement paranoïaque et flippée du terrorisme, et maintenant, quand j’ai le choix entre avion ou train, j’essaie de prendre l’avion. Parce que je sais que je suis moins en danger. Le terrorisme s’infiltre profond dans nos cerveaux…

    • Plume dit :

      Disons qu’avec Nice, on a vu que les attentats pouvaient frapper partout, surtout où on ne mes attend pas ! Personnellement, justement, le métro je m’y attends : c’est un endroit confiné, drainant beaucoup de monde etc. De ce fait, je me dis que ça doit être particulièrement surveillé par les forces de l’ordre. Quant au train, il y en a tellement qui circulent chaque minute… Je dirai que grâce à cela, les statistiques de me trouver au milieu d’un attentat sont faibles ! Et même si un wagon de mon train explosait, mon train déraillerait, ça me ferait comme un gros accident de la route… J’aurai peut être une chance de m’en sortir (du moins physiquement), contrairement à l’avion.
      Oui le terrorisme s’infiltre dans nos cerveaux, et c’est justement le but des terroristes… J’essaye de résister mais parfois une petite partie de moi refuse de prendre ces risques.

  2. Je comprend ce que tu dis. Je vie en Pologne alors ici aucun soucis, mais dès que je rentre en France pour voir ma famille je ne peux m’empêcher d’être vigilante et de tout regarder autour de moi. C’est triste quand même..

    • Plume dit :

      Quand j’étais au Canada, un ami québécois de longue date m’a dit qu’il avait adoré la France, mais qu’il ne reviendrait plus parce que c’était devenu dangereux.
      Là je suis en France, je n’y pense pas à chaque seconde, mais je suis alerte.
      C’est triste pour nous adultes, mais encore plus triste pour nos enfants qui n’ont rien demandé et qui devront grandir avec.

  3. Sabri dit :

    J’ai la trouille en avion et ce (du moins je crois) depuis que j’ai mes enfants. De toutes façons depuis que j’ai des enfants je suis devenue un peu trouillarde…
    Concernant les menaces terroristes, il faut vraiment se dire que personne n’est à l’abri. Personne! Pas plus à l’étranger qu’ en France. Pas plus en province qu’à Paris.
    Alors, profitons, vivons les choses que l’on aime, avec les gens qu’on aime.

  4. Je suis d’acccord avec toi. On ne vit plus à cause du terrorisme? Non, on survit même dans la condition difficile. Donc, on voyage pour affirmer qu’on peut bien vivre malgré leurs menaces!