En France aussi, on se douche sous les cascades

Vous vous rappelez de la pub Tahiti douche ? Ou celles des shampoings Ushuaia et Timotei, avec de magnifiques femmes qui lavent leurs cheveux -déjà propres – dans une cascade, au milieu d’une végétation luxuriente et sous un soleil éclatant ? Oui, oui, celles qui sitôt sorties de la cascades secouent leurs cheveux brillants et brushés en mode super ralentis (même pas jalouse) !

C’est resté pour moi le symbole du Luxe ! Mon luxe, mon rêve, mon image de la sérénité, de la simplicité, de l’élégance… Un luxe que je croyais inaccessible.

Mais en fait non !

Il y a quelques temps, je vous parlais de mes quelques jours passés dans le Jura. Pour tout dire, je ne vous avais pas tout dévoilé. Disons que je gardais le meilleur pour une occasion spéciale… et quoi de mieux que de vous faire découvrir ce meilleur pour les 5 ans du RdV interbloqueurs #EnFranceaussi ?

A cette occasion vous pouvez gagner de nombreux cadeaux. Participez au concours pour tenter votre chance et rendez-vous à la fin de l’article !

La chute du Hérisson

Accéder au site :

C’était un vendredi de mai, il faisait beau, il faisait chaud. Les enfants se disputaient à l’arrière pendant que Monsieur Plume garait la voiture à Ménétrux en Joux sur le grand parking, juste en bas de la chute du Hérisson. Nous distribuons les bâtons et partons explorer cet incontournable du Jura !

A noter que le site est également accessible à deux autres endroits (gratuits, eux) : des parkings d’Ilay ou de la Fromagerie, à l’exact opposé du site et celui de Bonlieu, qui vous fait arriver au saut de la Forge, idéal si vous ne voulez faire qu’une partie des 7.6km aller-retour de la randonnée. Mais dans tous les cas, à moins que vous ne disposiez de deux voitures, il vous faudra revenir sur vos pas pour rentrer.

L’avantage d’arriver par le parking du bas, c’est que nous découvrons les cascades face à nous à l’aller… En contrepartie, le parking est payant, et souvent bondé. Il est nécessaire d’arriver tôt.

Le Hérisson :

Point de hérissons mais le Hérisson !

Celui-ci prend naissance à 805m d’altitude, au Pic de l’Aigle, au point de confluence de deux ruisseaux, l’un venant du lac d’Ilay et l’autre du lac de Bonlieu.  À peine né, le torrent entame sa descente vers le plateau de Doucier.

La chute du Hérisson est une chute en palier de 280m de dénivelé, pour 3.7 km de longueur seulement. Une seule chute, donc, pour 31 cascades (dont 7 portent des noms) ! C’est le plus bel ensemble de cascades du Jura. Le site a d’ailleurs été classé patrimoine naturel le 29 avril 2002.

Après sa série de cascades, le ruisseau du Hérisson, gonflé par des résurgences situées dans son cours, traverse le lac du Val puis le lac de Chambly pour rejoindre l’Ain.

L’exploitation par l’homme

Je pense que vous vous en doutiez… Fut une époque où les différentes chutes d’eau ont été exploitées par les hommes pour entrainer des moulins ou fournir l’énergie nécessaire aux forges.

De cette industrie florissante au XIXème siècle, il ne reste aujourd’hui que quelques ruines visibles au saut Girard (ruines de la maison du cloutier), au moulin Jeunet et au château Garnier. Rien de grandiose cependant.

Près de la maison des cascades, au niveau du parking du bas, un spot vous permet de télécharger une application. Elle vous montre en réalité virtuelle (un peu comme pokemon go) à quoi ressemblait le paysage en bas des cascades. Il va sans dire que pour cela il faut du réseau… et le Jura est une zone sinistrée chez Free ! Mais on a quand même réussi à deviner un moulin à l’exact endroit d’un amas de pierre, c’est déjà ça.

Promenade sur les rives du Hérisson

Nous prenons un plan à la fameuse maison des cascades et nous voilà partis pour une balade d’un peu moins de 8km, avec nos deux enfants, nos bâtons, un pique-nique, de l’eau et de bonnes chaussures.

Le sentier fait 7,40 km de longueur aller-retour et il faut compter trois heures pour le parcourir.

Une cascade, un chemin, un saut, un pont, une rivière, une chute, des falaises, une grotte… Les paysages se succèdent et ne se ressemblent pas. La promenade n’est jamais ennuyeuse :

  • – La preuve : nous n’avons pas besoin de supplier les enfants d’avancer (ni de les porter, ni de les menacer, ni de les faire avancer de force, ni de les acheter, ni rien !).
  • – La preuve, nous avons mis une journée pour faire 7.4 km ! (mais ma puce de 1,5 ans les a marché entièrement)

La tuffière

La première cascade que nous croisons est surnommée La Tuffière.

Je l’avoue, elle ne casse pas trois pattes à un canard, mais le spectaculaire se mérite !

L’éventail

Nous continuons sur quelques dizaines de mètres. Au bruit, nous savons que nous ne sommes pas loin de la prochaine cascade. Elle se dévoile peu avant que nous soyons à son pied : il s’agit de l’éventail.

Du pied, ce mur d’eau de 65m de hauteur est encore plus impressionnant !

Nous continuons notre chemin, ça grimpe ! Une corde a été installée pour nous aider à monter lors des jours humides. De temps à autre, nous apercevons la cascade.

chutes du hérisson Jura

Cette chute est particulièrement belle à la lumière de l’après-midi et du début de soirée, lorsque les rayons du soleil viennent tout illuminer. Nous étions surpris au retour !

Nous pique-niquons juste en haut…près du belvédère (à même pas 11h !).

A ce propos, vous voulez que je vous donne LE secret ultime d’un pique-nique réussi par 200° avec des enfants ?

Il vous faut :

  • – de l’ombre,
  • – des chips (c’est important)
  • – et ça :

tremper ses pieds dans un ruisseau Jura

Nous repartons. Maintenant, le chemin longe au plus près le hérisson. Autant dire que nous apercevons cette cascade de loin ! Ce que nous ne pouvions que deviner, c’est la magie qui entoure cet endroit. Sommes-nous les seuls à en tomber amoureux ?

grand gour jura chute du hérisson

Le Grand Saut ou la queue de cheval

Le chemin continue de longer le torrent jusqu’à une fourche. A gauche un chemin nous permet de s’approcher de la grotte Lacuzon et de la cascade du Grand Saut.

Ce paysage rappelle un peu celui de Baume les Messieurs, vous ne trouvez pas ?

En fait, comme pour Baume les Messieurs, le vallon du Hérisson se trouve dans une reculée du Jura. Les reculées sont typiques des paysages jurassiens : l’érosion du calcaire aboutit à la formation de vallées encaissées, bordées par des falaises, et s’achevant par un cirque entouré de parois verticales impressionnantes.

Le fond de la reculée est occupé par une source, qui attaque la falaise calcaire. Le fond de la reculée recule donc progressivement sous l’effet de l’érosion… à l’échelle géologique bien sûr ! Mais qui sait quel paysage pourront observer nos arrières-arrières-arrières-petits-enfants ?

Grand saut chute du herisson

Je ne sais pas ce qu’il en est aujourd’hui, à cause des nombreuses chutes de pierres, mais à l’époque, un chemin permettait de passer derrière la cascade. Nous l’avons fait, et c’était une expérience extraordinaire : le bruit assourdissant, les gouttelettes d’eau froide qui nous saisissent, la reculée vue au travers d’un rideau d’eau…

à l interieur d une cascade derriere un rideau d eau

Si toutefois cela n’était plus possible, il est possible de passer derrière d’autres cascades un peu plus loin.

La grotte Lacuzon

Un peu plus loin se trouve la grotte Lacuzon. Elle tient son nom de Claude Prost, dit Capitaine La Cuson, un héros jurassien qui lutta durant près de 40 ans, à la tête d’une milice d’un millier d’hommes, contre les tentatives d’annexion de la Franche-Comté par la France.

L’imagination populaire (nourrie par les écrivains romantiques du XIXème siècle : Charles Nodier, Louis Jousserandot, Xavier Montépin) lui prête de nombreuses cachettes dans des grottes peu accessibles du coin. Un berger a même cru retrouver son corps dans l’une d’elles… alors qu’il est mort, en fait, à Milan (Italie) !

En réalité, il est peu probable que ce capitaine ait eu recours aux grottes pour s’y cacher : en effet, il possédait châteaux et fermes fortifiées, à Montaigu, St-Laurent la Roche ou autre, ce qui lui permettait aisément de se cacher…

Toujours est-il que la grotte profonde d’une quarantaine de mètres est tout à fait charmante. Au nombre de sculptures en pierre, des milliers de personnes ont dû passer par là… Nous avons ajouter les nôtres !

chute du hérisson Jura

De la grotte, la vue sur la reculée est très jolie.

chute du hérisson jura

Le Gour Bleu

En continuant à droite à la fourche dont je parlais, on arrive au Gour Bleu… Peut être l’une des plus belles cascades que j’ai vu !

gour bleu chute du hérisson jura

La chute n’est pas très haute, seulement 5m. Mais vous ne trouvez pas que c’est l’endroit idéal pour jouer aux vahinées ?

Du soleil, une eau limpide, une chute suffisamment petite pour ne pas nous déchirer les épaules, un paysage enchanteur…Que demander de plus ?

Bon en fait, j’ai tenté d’essayer (sans mon tahiti douche), mais bizarrement, j’ai beau être brune, ça ne ressemblait pas vraiment à la pub ! Déjà, 5m de chute, l’eau arrive à une certaine pression.. et puis l’eau est froide… et puis j’en ai plein les yeux…

L’espace de quelques secondes, j’ai secoué mes longs cheveux frisés sous le rideau d’eau en fermant les yeux, et en entendant en moi-même la musique des îles !

Bref, maintenant je peux dire : se doucher sous une cascade, fait !

Saut du Chateau Garnier

Puis nous croisons encore et toujours de petites cascades sans nom.

cascades du hérisson Jura

Le chemin continue de monter.

chute du hérisson jura

Est-ce nous qui observons le crapaud ? ou le crapaud qui observe le balai incessant des nombreux visiteurs

Nous arrivons enfin au saut Garnier

chute du hérisson Jura

D’en haut, c’est encore plus beau !

saut du chateau garnier chute du hérisson

La cascade de Château Garnier ne chute que de 4 m de hauteur. Un panneau explique qu’à cet endroit, la famille Grappe construisit en 1680 une ferme qui sera transformée en moulin quelques années plus tard. Pour cela, un aqueduc dérivant l’eau fut construit. Le moulin fut racheté au début du XIXe siècle par un médecin, Jean-Joseph Garnier, pour en faire sa résidence. Il y vécut seul avec un domestique jusqu’à sa mort en 1834.

Les bâtiments seront démantelés trois ans après. Le site changea ensuite plusieurs fois de propriétaire. En 1902, le site est cédé à l’Union Électrique.

Le saut de la forge

chute du hérisson Jura

Au Saut de la Forge, haut de 10 m, fut installée au Moyen-âge, par les moines de Balerne, une forge. À l’époque, l’endroit se nommait le Saut de la Boille. En 1450, un maréchal-ferrant de la Cluse-et-Mijoux, Robin Patouillard reçoit l’autorisation des moines pour construire une retenue d’eau alimentant une roue à aubes entrainant le marteau. Cet outil de travail sera détruit en 1489 par un incendie. Jehan Patouillard, le fils, transformera ensuite la forge en moulin céréalier. Sa sœur et son mari s’installent à cette époque au Saut Girard. Le site accueillera en 1656 une nouvelle forge exploitée par la famille de Jean-Charles Grappe. Cette forge travaillera principalement à la fabrication d’outils agricoles. La forge s’arrêtera définitivement en 1833. Les bâtiments, après avoir connu plusieurs propriétaires, seront détruits en 1902 par l’Union Électrique.

Saut du Moulin Jeunet

Impossible de remettre la main sur mes photos de cette chute de 3m, bordée par les ruines d’un des murs d’un vieux moulin.

À cet endroit, les villageois du Frasnois construisirent au XVe siècle, un moulin. Cette construction a été financée par le seigneur de Châtelneuf. Le moulin sera détruit durant la guerre qui ravagea la région de 1635 à 1639. Les Frasnois, ruinés par cette guerre et ne pouvant pas financer la reconstruction, cédèrent le moulin en 1663 à Guillaume Grappe. La famille Grappe en fit un moulin prospère jusqu’en 1875 où il sera détruit. Les ruines seront rachetées par un marchand de vin de Lons-le-Saunier qui le reconstruit. Séraphin-François Jeunet le rachète en 1882 et l’exploitera jusqu’en 1902.

Saut Girard

La dernière cascade (ou la première) est le Saut Girard, haute de 35 m. Elle tire son nom d’un moine Girard qui, devant la vie dissolue de ses compagnons, mit fin à sa vie en se jetant du haut de la cascade.

saut Girard cascades du hérisson

Si la cascade du Grand Saut est inaccessible, vous pouvez ici aussi passer derrière le rideau d’eau. C’est une expérience à faire !

En amont du Saut Girard fut construite dès le Moyen-âge une retenue d’eau avec un canal de dérivation alimentant la Clouterie située sur la rive gauche du Hérisson. Le site était exploité par les moines de Bonlieu. Le site prend de l’ampleur au XVIIIe siècle avec la famille Epailly. Elle y installe une usine de fabrication de clous réalisés à l’aide de fer recyclé. L’activité se maintiendra sur le site jusqu’en 1911. Élie Epailly mourut cette année-là dans son usine. Il fut le dernier cloutier du vallon du Hérisson. Avec lui disparurent sept siècles d’activités métallurgiques sur le cours du Hérisson.

 

Vous avez aimé cette visite au printemps? Alors imaginez là en hiver, avec les cascades gelées et l’eau qui forme des pains de glace. J’ n’ai pas eu l’occasion de découvrir, mais j’en meurs d’envie !

 

Et maintenant place au concours

A l’occasion des 5 ans de #EnFranceAussi, les membres du RV organisent une ronde d’articles pendant tout le mois de juin. De nombreux partenaires dont Gîtes de France se sont associés au RV pour offrir à nos lecteurs des cadeaux chaque jour du mois.

Aujourd’hui, Cosette de chez Hemingbird offre une paire de créoles de sa création à un de nos lecteurs et blogueurs participants. Un superbe souvenir de ce moment Vahinée ?

Pour tenter de gagner, rien de plus simple !

Il vous suffit de laisser un commentaire ci-dessous ET aussi sur la page Facebook de #EnFranceAussi. Ceci avant le 15 juin. A cette date, le nom des deux gagnants sera tiré au sort. Le règlement du jeu est disponible ici.

Et pour continuer la balade #EnFranceAussi :

Hier, un autre article a été publié sur le blog de Paul, des petits voyageurs : 10 coups de coeur dans les caraibes

Aujourd’hui, le blog de Cécile, famillefrancetrotteuse, nous invite à la découverte du château de Guédélon

Demain, Charlotte, du blog les aventures de la tribu de chacha, nous donnera 10 bonnes raisons de venir à Lille

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

20 réponses à En France aussi, on se douche sous les cascades

  1. Cecile dit :

    Nous y sommes allés il y a plusieurs années avec les enfants et nous en gardons un super souvenirs c’est un endroit vraiment génial.

  2. Claire dit :

    Je connais de nom et ce n’est pas très loin de chez nous mais on n’y est pas encore allés! Mais c’est dans ma to do liste 😉 tres belles photos

  3. Je garde un souvenir inoubliable des cascades du Hérisson. C’est avec un grand plaisir que je les revoie ici dans ton blog, bien illustré ! Merci, c’est un endroit merveilleux, où l’on est sûr d’avoir de la fraîcheur l’été !

  4. Estelle dit :

    Ça fait des années que je le dis que je dois aller voir ces cascades. Et bien entendu, je veux voir les deux versions: été et hiver. C’est un superbe site.

  5. Et dire que c’est en FRANCE !!! Je crois qu’il va falloir que je me bouge pour découvrir les merveilles de notre pays 🙂

    • Plume dit :

      Et oui, difficile à croire hein ?
      La France aussi regorge de merveilles. Il faut juste prendre le temps de regarder autour de soi !

  6. Sylvie dit :

    Nous y sommes allés l’été dernier (ce n’était pas la première fois, mais la seconde…) : j’adore ce site ! Au printemps les cascades doivent être bien plus spectaculaires, car en été il n’y a pas beaucoup d’eau malheureusement. Et en hiver ça doit être complètement différent mais superbe lorsqu’elles sont gelées. Sans oublier l’automne où avec tous les arbres qui bordent les cascades, les couleurs doivent être magnifiques ! Bref, dommage que ce soit si loin de chez moi car j’adorerais y aller en toutes saisons ! Merci pour ce joli partage qui fait resurgir de doux souvenirs à la surface…

  7. c’est vraiment sublime, à en couper le souffle
    on a de jolis endroits en France c est top <3

  8. crozaclive dit :

    C’est magnifique, on adore se promener en foret, une balade que je note à faire, dès que nous serons dans le coin….

  9. Hélène dit :

    C’est très joli comme balade, ça donne envie de s’y balader quand il fera très très chaud (un jour peut-être cette année ^^)

  10. petite j’en ai vu une dans l’aveyron pas depuis cela doit etre apaisante t rafraichissant en plein été. merci pour ces jolies photos

  11. Isabelle CH dit :

    Bonjour, très joli reportage, rafraîchissant, pour une belle découverte de cette région. Je ne connais pas, encore, cette région mais à la lecture de ce bel article, donne envie de s’y « plonger » rapidement. Merci pour ces photos. Belle journée. Une lectrice du sud

  12. kat dit :

    Coucou mon commentaire n’est pas passé, quel merveilleux endroit !!

  13. Virginie C. dit :

    Haha bien d’avoir osé la douche !!
    J’y suis allée il y a 8 ans maintenant, et j’avais été un peu déçue du monde. Je vois que sur tes photos vous n’êtes pas seuls non plus… Mais les lieux sont tellement beaux qu’on comprend la foule !

  14. Je trouve cela sublime ! Je ne connaissais pas mais j’aimerai bien aller voir ça de plus près !

  15. Magnifique cette cascade et tes photos ! J’aimerais beaucoup y aller, malgré que les balades en plein air ne soient pas du tout mon truc :p

  16. Anne dit :

    J’adore les cascades, et là, c’est très joli!

  17. Ping :Au château de Guédelon #EnFranceAussi - Famille France-Trotteuse