Les mares salées de Lorraine… A la découverte de Marsal

Vous connaissiez les prés salés du Mont Saint Michel ? Et ses célèbres moutons pré-salés ? (blagounette de monsieur Plume)

mont saint michel vaches de pré salé

Bon OK, là ce sont des vaches !

Mais aviez-vous déjà entendu parlé de mares et de prés salés en plein cœur de la Lorraine ? Et pourtant, la vallée de la Seille, au cœur de la Lorraine est LE plus important site en France continentale ! D’ailleurs prenez une carte et vous pourrez le mesurez de vos propres yeux : Rosières aux Salines, Château-Salins, Seille, Marsal, Salonnes, Saâles, Salival, Saléaux, Saulxures, La Salcée…

Les mares et les prés salés : un milieu rarissime résultat d’une géologie très particulière

Du Sel en Lorraine

Pour comprendre ce phénomène, il faut revenir 200 millions d’années en arrière, à l’époque où apparaissent les tous premiers mammifères. Les mers et les continents étaient alors bien différents de ce qu’il sont aujourd’hui. Et je vous le donne en mille, à cette époque, la France, et une bonne partie de l’Europe n’étaient qu’un grand océan appelé mer germanique !

Dans le coin de Marsal, puisque c’est de là qu’on parle, cet océan était peu profond : quelques dizaines de mètres au maximum. Un climat chaud provoque alors une forte évaporation de l’eau. Et progressivement, des lagunes apparaissent et rétrécissent jusqu’à disparaître totalement. C’est ainsi, entre autres choses, que le sel gemme s’est déposé en couches épaisses.

Puis au fil du temps, cette couche épaisse de sel a été recouverte de sédiments. Plusieurs couches géologiques se succèdent : marnes, calcaires, argiles, grès etc… Les plaques tectoniques continuent leur danse et une faille apparaît dans la vallée de la Seille.

Comment se retrouve-t-on avec une mare et des prés salées, à 400 kilomètres des côtes ?

Aujourd’hui, si vous vous promenez entre Vic-sur-Seille et Dieuze, le long de la vallée de la Seille, regardez autour de vous… Peut-être remarquerez-vous des taches blanchâtres sur le sol trahissant la présence de sel cristallisé ?

En fait, dans ce coin, le toit de la couche de sel gemme se trouve à environ 50m de profondeur. Lorsqu’il pleut (ce qui n’est pas si rare en Lorraine !), les eaux de ruissellement s’infiltrent dans le sol par un phénomène de siphon. Elles se chargent en sel au contact de la couche salifère et remontent en surface grâce aux nombreuses fissures et failles de la couche mère calcaire.

Ainsi peuvent apparaitre de-ci, de-là, des flaques d’eau salées. Et soit celles-ci s’évaporent faisant apparaître ces fameuses tâches blanchâtres, soit elles s’agrandissent jusqu’à former une mare (par exemple à Marsal). Parfois ce sont même carrément des sources salées qui surgissent !

Une faune et flore (presque) maritime à 400km des côtes

Les résurgences d’eaux salées en surface ont permis l’installation d’une flore dite halophile (qui aime le sel). Ainsi, en vous promenant autour de la mare salée de Marsal, ne soyez pas surpris d’observer salicornes, asters maritimes et guimauves !

Pour les reconnaitre, rien de plus simple : les plantes se disposent de manière concentriques selon la concentration en sel du sol ! Donc il y aura la mare, puis :

  • – dans la zone régulièrement inondée, des salicornes puis des atropis,

Mare salée de Marsal sous un soleil hivernal

  • – dans la zone occasionnellement inondée, c’est à dire dans les prés salés, des roseaux, puis des joncs et enfin, de l’orge et de la guimauve

prés salés continentaux à Marsal : orge et roseaux

Naturellement la faune s’est également adaptée. Les visiteurs avertis reconnaitront sans doute quelques espèces d’insectes attachées aux milieux salés. Pour les néophytes, veuillez noter que le moustique quoique présent, n’est pas inféodé aux milieux salés, ça ne compte pas !

Le sel en Lorraine

Le musée du sel de Marsal, fermé jusqu’en 2018, vous permettra de découvrir dès l’an prochain l’histoire de l’extraction du sel en Lorraine. En attendant… Voici un aperçu !

L’histoire du sel en Lorraine

A Marsal, le sel est exploité dès le néolithique ! Pendant très longtemps, il a été source de richesse de la Lorraine… Et pas seulement géologique ! Il a de ce fait rapidement attiré les convoitises. Il faut dire que le sel était à l’époque le seul moyen de conserver les aliments. En effet, il permettait de sécher les poissons et viandes douces. Le sel était également indispensable dans l’alimentation du bétail.

Jusqu’au XIIème siècles, les sites d’exploitations du sel se multiplièrent. Mais au XIIIème siècle, les évêques de Metz comprirent l’importance financière et commerciale des salines et instaurent le système du fermage. A compter de ce jour, détenir un tel site implique le paiement de droits au bénéfices aux évêques de Metz pour la vallée de la Seille (et donc Marsal), ou au Duc de Lorraine pour Rosières. Droit régalien injuste ? Mais l’histoire ne s’arrête pas là ! En 1552, la Lorraine passe sous le régime de la protection du roi de France…qui installa la gabelle dès 1633 ! Oups…

Cependant, en 1663, Louis XIV prend possession de Marsal. Il préfère la stratégie à l’économie et ordonne la destruction de la saline. Marsal devient alors une place forte, avec des casernes, un arsenal… et des fortifications de Vauban qu’on retrouve encore aujourd’hui (ci-dessous la porte de France, entrée principale de cette ville fortifiée)

porte de France, fortifications Vauban à Marsal

La saline de Marsal fut la première, mais peu à peu les autres exploitations furent abandonnées et détruites (pour des raisons diverses et variées). A ce jour, en France, il n’y a plus qu’une seule mine de sel en activité, celle de Varangéville.

Les techniques d’exploitation à Marsal

La première technique utilisée est celle du briquetage : la saumure recueillie dans les sources salées était versée dans des moules à sel. Ceux-ci étaient alors placés dans des fours (construits par empilement de bâtonnets de terre cuite dans lesquels on calait les moules à sel). La chaleur permettait l’évaporation de cette saumure et on obtenait un pain de sel. Le moule était ensuite brisé. Les débris des moules et de four (puisqu’ils ne duraient qu’une ou deux fournées) étaient rejetés en un vaste dépotoir. On estime que la ville actuelle de Marsal est construite sur près de 2 millions de m3 de débris de poterie (briquettes) !

Pour limiter la fabrication de poterie, une nouvelle technique fut adoptée pendant la période romaine (autour de JC) : l’utilisation d’immenses poêles à sel de 5 à 7m de diamètre, qu’on posait sur le feu, jusqu’à évaporation complète…

Sous la porte de France à Marsal (une des deux portes des fortifications Vauban), vous pourrez voir une pompe à Saumure.

pompe à saumure vallée de la Seille exposée à Marsal

Cette méthode est relativement moderne puisqu’elle date du début du siècle dernier. Marsal n’en a donc jamais profité. Néanmoins, la technique est intéressante.

Au début du XXème siècle, chaque sondage était équipé d’une pompe à saumure, abritée sous un bâtiment. Ainsi, dans la vallée de la Meurthe, et plus particulièrement autour de Saint Nicolas de Port, il n’était pas rare de voir de petites maisonnettes en briques ou en bois !

Découverte en photos de la Mare salée de Marsal

Entrez à Marsal par la porte de France. Le musée du sel se trouve juste à votre droite. Contournez le et avancez quelques centaines de mètres. Garez-vous, la balade commence ici.

Un court chemin de terre vous mènera à un sentier sur pilotis construit en 2008 afin de permettre aux visiteurs d’observer cet écosystème si rare, sans le détériorer.

Vous commencerez par longer les ruines d’un ancien bastion et d’une courtine.

ruines de l'ancien bastion et de la Courtine, sur le chemin de la mare salée, Marsal

Puis une balade champêtre vous mènera jusqu’à la fameuse mare.

Levée des terres, sentier de la mare salée Marsal

Levée des terres de part et d’autre du chemin

sentier sur pilotis de Marsal

Balade champêtre… On savoure ce silence

sentier sur pilotis mare salée de Marsal

Arrivée à la mare salée

sentier sur pilotis Marsal

Longue contemplation devant de si belles couleurs

sentier sur pilotis Marsal

Vue du sentier sur pilotis de Marsal

La mare passée, vous prendrez le passage des vaches et atteindrez la roseraie. Malheureusement la photo a été prise à la fin de l’hiver…

Roseraie de Marsal en hiver

On récupère à nouveau le sentier sur pilotis pour poursuivre nos découvertes.

sentier sur pilotis bordant les prés salés de Marsal

La boucle continue en direction de la porte de France

prés salés de Marsal

On longe les prés salés. La végétation est en réalité d’un vert éclatant… Les couleurs de la photo ne lui font pas honneur !

Profitez-en pour découvrir la ville : ses portes, son ancienne poternes, ses bâtiments militaires etc.

Bref, une bien jolie découverte en famille, poussette friendly ! Et quand une jolie princesse vous ouvre la route, comment refuser de la suivre ?

sentier sur pilotis prés salés de Marsal

Et maintenant le concours

Depuis quelques temps, je participe à un rendez-vous mensuel inter-blogueur organisé par le coin des voyageurs : #EnFranceAussi . C’est grâce à ce rendez-vous, que j’essaie de vous faire découvrir ma ville et ma région à travers nos dimanche en famille.

Pour ceux qui me suivent, vous le savez sans doute déjà, ce Rendez-vous s’est associé à Gallimard Loisirs  pour vous permettre, de gagner deux Geoguides. Ce mois-ci, c’est Bai

Comment participer ?

Le jeu se déroule du 1 au 15 juillet 2017.

Alors pour participer, il suffit de commenter un des articles du rendez-vous (cet article ou celui de votre choix parmi les blogs participants)

ET

de commenter la page Facebook #EnFranceAussi (en indiquant le blog que vous avez commenté).

Ensuite, il y aura un gagnant parmi les blogueurs, et un autre gagnant parmi les lecteurs. Pour en savoir plus, le règlement est disponible ici.

Liste des autres participants :

Taggé .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 réponses à Les mares salées de Lorraine… A la découverte de Marsal

  1. Mathilde dit :

    J’ai vécu 3 ans à Nancy mais je n’avais jamais entendu parler de sel en Lorraine ! A ma décharge je n’ai pas trop visiter les environs hormis les grandes villes car je n’avais pas de voiture 🙂

  2. Anne dit :

    Evidemment, tout cela parle à la biologiste que je suis! Merci pour ce reportage!

  3. Ping :La Loire-Atlantique au fil de l’eau + concours – family trip and play

  4. Sylvie dit :

    Eh bien quelle jolie découverte ! On en apprend des choses à l’occasion de ce RDV mensuel ! Je note l’idée de la balade, ça a l’air vraiment très intéressant et joli. En tout cas j’ai déjà appris plein de choses instructives grâce à ton article : merci pour ce chouette partage !

  5. Pauline dit :

    Et ben tu vois je ne savais pas du tout ça, c’est super intéressant ! Merci pour la découverte et les explications 🙂

  6. Quelle découverte, je ne connaissais pas du tout ! Merci pour cet intéressant partage.

  7. tania dit :

    qd on me mares salées je ne pense jamais à la Lorraine
    comme quoi
    merci pr la découverte
    ce rdv es tjts l occasion d apprendre

  8. Une belle découverte car à part le ceux du Mont-St-Michel et bien je n’avais pas connaissance de celles de Lorraine !

  9. Virginie C. dit :

    J’aime bien ces prés salés.La promenade sur pilotis a l’air très joli.
    Merci de toutes ces explications, c’est très détaillé et intéressant !

  10. Estelle dit :

    Sympa le sentier sur pilotis, ça me fait penser aux tourbières en Estonie sauf que le sentier est beaucoup plus étroit (une planche de bois), mais le décor y ressemble.

  11. Ping :Layoule vers le chemin des souvenirs au fil de l'Aveyron

  12. Quels jolis paysages! Je ne savais pas qu’il y avait des prés salés en plein cœur de la Lorraine. Je retiens l’info pour notre prochain voyage. 🙂

  13. Cecile dit :

    belle découverte je ne connais pas du tout cette partie de notre belle France. Merci pour ce chouette partage

  14. Mitchka dit :

    Article super intéressant ! comme dit Anne c’est un très joli reportage 🙂

  15. Sabrina dit :

    Superbe ! J’ai adoré ton article et découvert un tas de choses fabuleuses.
    Merci beaucoup.

  16. Hélène dit :

    Balade instructive ! 🙂
    Et c’est vrai que ce chemin sur pilotis fait penser à certaines randos d’Irlande, sur la tourbe !

  17. Super découverte ! j’ai passé 3 ans en Lorraine sans en entendre parler, c’est fou, heureusement que tu es là 🙂 c’est passionnant.