Rabelais, médecin stipendié de Metz

En Aujourd’hui, je réponds présente à mon premier rendez-vous inter-blogueurs : #EnFranceAussi. Ce rendez-vous est organisé par le coin des voyageurs et par Florence Gindre.

A travers ce rendez-vous mensuel auquel je participerai désormais, je prends le parti de vous faire découvrir ma ville ou ma région, au gré de mes balades et de mes découvertes en famille.

Au programme ce mois-ci : une parcelle de vie de Rabelais…

Le saviez-vous ? Rabelais a vécu à Metz, deux petites années.

portrait de françois rabelaisRabelais est né à Chinon entre 1483 et 1494. Il fut tour à tour  cordelier, bénédictin, chanoine et écrivain… En 1546, soit 14 ans après la publication du roman parodique Pantagruel et 12 ans après celle de Garganta, Rabelais publie le Tiers Livre des histoires de Pantagruel, une suite de ces deux romans.

Comme les deux précédents livres, ce troisième opus sera censuré et jugé obscène par la Sorbonne… Cela malgré des appuis politiques puissants du roi François 1er et du cardinal Du Bellay.

 

C’est alors que les historiens divergent.

Certains diront que Rabelais juge bon de mettre de la distance entre lui et la Sorbonne.

Saint-Ay, agent diplomatique des Du Bellay possède une résidence à Metz. C’est donc naturellement dans ce logis que l’auteur s’exile. Il s’y installe comme médecin à l’hôpital municipal Saint-Nicolas où il trie les bons malades souffrant de pathologies ordinaires, des mauvais malades qui lui reviennent. Il traite donc les syphilitiques, les pestiférés. Et il oriente les malades suspectés de lèpre vers les Léproseries de Saint Ladre pour les messins et de Longeau pour les villageois. En fait, il y travaille si bien qu’en avril 1547 il est agréé médecin stipendié de l’Hôtel-Dieu.

Rabelais a également pour mission de veiller aux problèmes de santé publique. D’ailleurs l’un de ses premiers actes médicaux-administratifs est d’ordonner aux habitants de la ville de libérer les rues de leurs immondices, dans le but de préserver la ville de la peste (lèpre et maladies en tout genre). Il s’occupait aussi de la surveillance des maisons closes des rues des Bordeux, de Glatigny et d’Anglemur et de l’inspection des étuves de la ville (à cette époque, Metz possédait des thermes datant de l’époque romaine sous les actuels Musées de la Cour d’Or sous En Nexirue et sous le Centre Saint-Jacques).

Mais d’autres verront en cet exil à Metz une couverture

En effet, il est très étonnant que Rabelais ait choisi de lui-même de s’exiler à Metz, ville très religieuse à cette époque.

Certains, dont Mireille Huchon, professeure à l’université Paris-Sorbonne, et directrice de l’UFR de langue française, diront que François Rabelais aurait servi d’agent secret pour son protecteur, le cardinal Du Bellay. Il aurait ainsi contribué à préparer l’annexion française de 1552.

Pour simplifier, contentons nous de dire qu’il a vécu à Metz 2 ans, en 1546 et 1547

Rabelais habitait à l’angle de la rue d’Enfer et de la Jurue exactement,  juste en contrebas de la colline Sainte Croix. Si vous y venez, vous ne pourrez pas vous tromper : c’est la maison mitoyenne de la chapelle Saint-Genest, la dernière de la ville à posséder des pans en bois…

Enfin, c’était. Car il faut que je vous précise en guise de maison, il s’agit plutôt d’un square, investi l’été par la terrasse d’un restaurant ! Oui, en fait, la maison de Rabelais a été détruite il y a une cinquantaine d’années, seules les trois portes originales ont été conservées et remontées contre le mur du fond du jardin. Mais vous pouvez quand même venir, des expositions et des concerts y sont même organisés en été par les membres de l’association « Les Amis de la Maison Rabelais »

maison Rabelais à Metz experiences en famille

La porte d’entrée, de la demeure de Rabelais, également conservée intacte annonce déjà la Renaissance.

porte en ogive de la maison Rabelais annonce la Renaissance Metz experiences en famille

De l’époque rabelaisienne reste encore l’édifice mitoyen : la chapelle saint-Genest, hôtel particulier construit au XIIIème siècle et facilement reconnaissable grâce à sa tour donjon carrée construite un siècle plus tard. Elle fut cédée en 1565 aux Chevaliers de Maltes qui y demeurèrent juqu’à la Révolution.

chapelle saint-genest metz experiences en famille

De l’autre côté de ce qui était la maison de Rabelais, une arcade surplombe le bas de la Jurue. Elle se trouvait à l’origine au bas de la rue d’Enfer : c’était l’une des portes qui était fermée la nuit à l’époque de Rabelais, pour cantonner les gens un peu turbulents tels que les baladins.

img_5103

Puis Rabelais quitte Metz vraisemblablement peu après avoir touché ses gages en juin 1547

La ville était-elle trop religieuse pour l’anti-clérical qu’il était ? A-t-il dû rejoindre précipitamment son protecteur, le Cardinal du Bellay dont la santé était fragile ? Ou enfin a-t-il été mêlé aux conflits diplomatiques qui opposaient alors la France au Saint-Empire de Charles Quint ?

En effet, Metz gardait quelque rancœur contre ce dernier qui avait obligé la ville à prendre en charge les frais du siège de Saint-Dizier, alors que les amis de Rabelais, Guillaume et Jean Du Bellay et Saint-Ay essayaient, eux, de tisser des liens avec les princes protestants d’Allemagne et d’Alsace…

Peut être ne le saura-t-on jamais !

Mais alors, pourquoi ai-je choisi de vous faire découvrir ce lieu d’écrivain dont on ne peut pour ainsi dire rien dire, pas s’imprégner, et qu’on ne peut même pas visiter alors que j’aurai pu vous parler de la maison natale de Verlaine, à quelques rues de là ? ou encore de la féérie des glaces qui vient de s’installer en centre ville, et qui met cette année en scène les personnages de Perrault, Grimm et Anderson ?

Patois messin et folklore local

jardin du quart livre metz experiences en famille

Il se trouve la première version du Quart Livre a été publiée en 1548. Il est donc fort probable que ce livre ait au moins pour une partie, été écrite à Metz.

Comme tous les écrivains, Rabelais a mis dans cette œuvre, toute son âme…et un petit peu de sa terre. On retrouve en effet dans le Quart Livre, une mention du Graoully, notre monstre ailé local dont Saint Clément nous a débarrassé ! Chaque année, du Moyen Age jusqu’à la Révolution, lors de la saint-Marc et des rogations (les trois jours précédant le jeudi de l’ascension) avait lieu une immense procession dans laquelle une effigie du Graoully était donc portée dans toute la ville . Les boulangers lui jetaient du pain en visant ses crochets, et à la fin, les enfants la fouettaient.

Rabelais décrit cette effigie ainsi :

« C’était une effigie monstrueuse, ridicule, hideuse et terrible aux petits enfants, ayant les yeux plus grands que le ventre, et la tête plus grosse que tout le reste du corps, avec amples, larges et horrifiques mâchoires bien endentelées, tant au-dessus comme au-dessous, lesquelles, avec l’engin d’une petite corde cachée dedans le bâton doré, l’on faisait l’une contre l’autre terrifiquement cliqueter, comme à Metz l’on fait du dragon de saint Clément.« 

Une réplique de cette effigie se trouve dans la crypte de la cathédrale de Metz.

La légende du Graoully

Mes enfants sont trop jeunes pour lire Pantagruel, Gargantua etc. Certes, mais certainement pas pour partir sur les traces du Graoully déguisé en chevalier !

sur les traces du graoully metz experiences en famille

D’ailleurs ils pourraient vous le dire : les plus belles histoires commencent par il était une fois

Il était une fois, il y a fort longtemps, un énorme dragon qui vivait dans l’amphithéâtre juste aux portes de la ville. Il avait le corps couvert d’écailles, de longues et puissantes ailes, de courtes pattes qui ne lui permettaient pas de marcher mais desquelles sortaient de grosses griffes, de grandes oreilles pour mieux entendre et une grande gueule d’où s’échappaient des flammes. Mais surtout, surtout, il avait un appétit féroce !

Il volait au dessus de la ville et se nourrissait chaque jour d’un de ses habitants qu’il choisissait au hasard. Certains avaient bien essayé de l’arrêter, mais ni les flèches, ni les armes les plus robustes ne pouvaient l’atteindre ! Rien ne l’effrayait sauf l’eau.

Un jour, un légionnaire mit au défi saint Clément, alors évêque de Metz qui avait déjà plusieurs miracle à son actif, de venir à bout du dragon. Ce dernier célébra la messe, communia, puis se dirigea vers l’amphithéâtre dans lequel habitait le monstre. Alors que le Graoully s’apprêtait à fondre sur lui et à le dévorer, Saint Clément l’arrêta d’un regard. Il dénoua sa toge et l’enroula autour du cou de la bête. Puis il la tira jusqu’à la Seille où elle disparut dans les profondeurs.

Depuis ce jour, plus aucun monstre n’a été vu à Metz

Sur les traces du Graoully à Metz

Le Graoully est omniprésent à Metz : peintures sur des façades, maillot du FC Metz, emblème du quartier du Sablon, blason de Woippy… Il est particulièrement présent à la cathédrale que ce soit en sculpture sur la façade, en couleur sur les vitraux, ou le sujet d’une exposition dans la crypte !

Mais voici nos préférées :

plus ancienne représentation du graoully, rue chevremon metz experiences en famille

La plus ancienne représentation du Graoully à Metz se trouve sur la façade de la maison aux serpents. Vous la trouverez juste entre les fenêtres du deuxième étage de la bâtisse, 10 rue de Chèvremont. C’est dans cette maison que dormait le maire de Woippy la veille des processions ancestrales du Graoully.

La maison originale a été détruite depuis. Une autre a été construite à sa place au au XVIIIème siècle. Et la sculpture du Graoully datant du XIIème siècle a été remise en façade.

Continuons notre promenade rue Taison…

rue Taison metz experiences en famille

Je ne suis même pas sure que tous les messins le savent… Mais la rue Taison est la rue du Graoully !

Une légende messine raconte que lorsque saint Clément partit de la Cathédrale pour aller terrasser le terrible Graoully, il ne cessait de réclamer le silence. Il répétait taisons-nous, ils ne faut pas réveiller le monstre, taisons-nous

Une autre légende raconte que les habitants n’osaient pas sortir dans cette rue la nuit. Il craignaient en effet que le terrible monstre à l’ouïe fine ne les entendent. Alors ils chuchotaient aux enfants : Taisons, taisons-nous, voilà le Graoully qui passe !

Aujourd’hui, si vous vous promenez dans la rue Taison, osez levez les yeux ! Vous pourrez voir suspendu au dessus de la rue piétonne une effigie peu effrayante du Graoully. Du haut de son emplacement, il semble observer les passants !

graoully rye taison metz experience en famille

Enfin, nous arrivons à la gare, aujourd’hui bâtie sur les ruines de l’amphithéâtre du Graoully.

gare de Metz experiences en famille

Certains racontent que des écailles du Graoully se cacheraient dans les tuiles vertes du toit. Mais jusqu’à ce jour, elles sont restées bien cachées !

 

Taggé , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 réponses à Rabelais, médecin stipendié de Metz

  1. Pierre dit :

    Superbe cet article sur le Graoully !! Merci de nous l’avoir partagé. Ravi d’avoir fait la connaissance de ton blog. Bonne continuation et à très bientôt !

  2. Sylvie dit :

    Eh bien, voilà un article vraiment complet. J’ai bien aimé la légende du Graoully, ce monstre ailé dont je n’avais jamais entendu parler… Au moins, si un jour je vais à Metz, je serais moins bête, et ce grâce à toi. Merci pour ce partage ! Et au plaisir de te lire à nouveau les mois à venir…

    • Plume dit :

      L’ex Lorraine est une région très méconnue. Les touristes lui préfèrent bien souvent sa voisine l’Alsace, plus gaie, plus colorée et plus connue.
      C’est dommage, la Lorraine regorge de trésors, de légendes, de spécialités culinaires… que tu découvriras en continuant de me suivre !

  3. Ping :En France aussi : lieux d'écrivains - Florence Gindre

  4. Je ne découvre ton article que maintenant. Je l’ai ajouté à la liste.
    Merci pour ta participation.
    La prochaine fois que je passe par Metz, je chercherai le Graoully !

    • Plume dit :

      Coucou, tu en trouveras plusieurs à la gare et sur la Cathédrale (je ne les ai pas montré sur cet article).
      Nous avons adoré partir à la chasse au Graoully dans les rues et les ruelles de Metz !
      Heureuse de faire découvrir cette légende