Vouglans : découverte du barrage et du lac en famille

Le lac de Vouglans est un lac artificiel de barrage, mis en eau en 1968. Il est alimenté par la rivière de l’Ain. Son volume de 600 millions de mètres cube en fait le 3ème plus gros de France avec une étendue de 35km sur 300m à 800m de large… Impressionnant n’est-ce pas ?

Vu panoramique du lac de Vouglans Jura

Cette photo (LA photo du lac de Vouglans) est prise d’un belvédaire à 2km au nord de Cernon Menouille, sur la D3. Mais n’hésitez pas longer le lac, même en voiture. De nombreuses autres jolies vues sur les méandres du lac s’offriront à vous.

Activités

Ce lac est totalement artificiel. Il est né en 1968 lorsque le barrage de Vouglans a été construit, inondant 1600 hectares de terrains répartis sur 13 communes, et expropriant 150 personnes.

Depuis presque 40 ans ont passé, et le lac de Vouglans est devenu un endroit tout à fait adapté pour des vacances en famille : nombreuses balades à vélo, randonnées pédestres, plages aménagées et baignade autorisée, ports de plaisance, location de canoë, pédalos, aviron, jet-ski…

Il paraît même que l’eau peut atteindre 24°C… Notez que j’ai bien dit « il paraît » et « peut », je ne l’ai jamais vérifié personnellement ! Cependant, wikipédia me souffle à l’oreille qu’en 2010, un pêcheur a trouvé une méduse d’eau douce, qui se développe dans les eaux du lac quand celles-ci dépassent les 25 °C, en été. Donc ça doit quand même être le paradis des baigneurs.

Et si vous voulez épater votre petite famille par votre connaissance des lieux… Lisez la suite !

Le barrage de Vouglans

Choix du site et du type de barrage

Pour ceux qui en douteraient (ou qui ne s’étaient jamais posé la question), un barrage ne peut pas être construit n’importe où. Le site du barrage de Vouglans, lui, a été choisi en 1957. Il est particulièrement bien situé car :

  • – il se trouve au niveau d’un verrou (rétrécissement du cours d’eau)
  • – plus en amont, le volume de la retenue aurait été bien trop faible
  • – plus en aval, c’est la chute d’eau qui aurait été trop faible (l’énergie qu’on récupère est proportionnelle à la hauteur de chute)

Ce site pouvait, d’après les calculs, accueillir un ouvrage de 100m de haut et d’une capacité de 620 millions de mètres cube.

L’idée d’un barrage en terre, ou en poids béton sont vite écartés, ils ne permettent pas de loger facilement un évacuateur de crue important. Les barrages voûte, eux, sont adaptés aux rives de bonne qualité, et aux vallées étroites.

Barrage de Vouglans (Jura)

En haut du barrage, les quatre pertuis permettent d’évacuer les crues. Ces évacuateurs rejettent alors un énorme débit d’eau qui tombe d’une hauteur de 65m. Cette chute créée une énergie considérable qu’il faut dissiper (risque de d’éroder le lit de la rivière).
C’est pour cette raison qu’au pied du barrage a été construit une structure circulaire servant de bassin d’évacuation d’énergie. C’est ce bassin qui amortit ainsi la chute d’eau.

En outre, ce barrage possède 4 turbines. Une de ses turbines est réversible puisqu’elle peut pomper et remonter l’eau tombée en aval,dans la retenue en amont. Ainsi on réutilise l’eau en heure de pointe grâce à l’excès d’électricité produite pendant la nuit. Le gain mécanique est nul, mais le gain économique est important.

La construction du barrage

Les travaux préliminaires

Le barrage se situe dans une zone de monoclinaux calcaires du Kimmeridgien à pendage horizontal. On les devine ici.

Barrage de Vouglans

Le fond est recouvert d’un remblai argilo-limoneux ou caillouteux et d’une fine couche de calcaires. A cause de ces formations fluvioglaciaires qui rendent le terrain instable, plusieurs précautions ont été prises lors de la construction du barrage. Celui-ci devait notamment être fondé directement au rocher. De ce fait, toutes les roches décomprimées ont été enlevées jusqu’à la roche saine où le barrage devait être ancré. On parle de déroctage.

Mais alors que les constructeurs s’attendaient à des difficultés dues au réseau karstique au niveau de la retenue et du barrages (circulations d’eaux souterraines qui auraient pu contourner le barrage, provoquant des pertes d’eau), c’est la nature du sol qui a posé problème.

En effet, la vallée s’est creusée profondément. L’Ain coulait dans l’encastrement de la vallée, puis un remblais fluvioglaciaire a recouvert 60m du sol. Ce processus s’appelle l’épigénie de l’Ain. Après ce phénomène, la rivière a continué à circuler et s’est encaissée sur place creusant de 30m les alluvions fluvioglaciaires.

Avec le schéma c’est plus simple :

coupe géologique barrage de Vouglans

De ce fait, les maîtres d’œuvre pensaient que l’Ain était le point le plus bas, et prévoyaient de retirer les 30m non creusés de l’Ain, sur la rive gauche, alors que les alluvions occupaient en réalité une hauteur de 60m, comme le montre le schéma ci-dessus. Oups !

Ancrage des fondations

Pour enlever les alluvions au fond du verrou, on utilise des canaux de dérivation afin que l’Ain contourne le chantier et des batardeaux en amont et en aval. Cela permet d’isoler la partie du terrain à dérocter. On enlève ensuite les alluvions et autres matériaux fracturés, à l’intérieur de ces enceintes.

Malheureusement, une fouille ouverte n’a pu être faite sur la totalité de l’ouvrage car la présence d’une nappe souterraine pouvait entraîner des risques. Pour les fondations sous la nappe piézométrique, le procédé était sensiblement différent :

Première étape : isolation du chantier de l’Ain grâce à deux petits barrages.

mise en sécurité construction du barrage de Vouglans

Deuxième étape : on fabrique l’écaille, on coule le ciment, et on pose les butons.

creusement des fondations barrage de Vouglans

Troisième étape : on recommence les mêmes procédés par pallier.

Une fois les parois construites, on retire tout ce qu’il y a au centre pour enfin couler du béton à l’intérieur.

L’élévation du barrage

Le barrage a ensuite été construit par plots (1 plot = 4 dés). Il est fabriqué, ainsi, par morceaux car si on coule trop de béton en même temps, le béton risque de s’échauffer et des fissures peuvent se produire.

Le transport du béton a été assuré par des blondins. Il s’agit d’un câble tendu au dessus de la vallée, composé d’un point fixe ancré au sol d’un côté de la vallée, et d’un point libre accroché à un chariot qui peut glisser de l’autre côté sur le flanc de la montagne. De cette façon, on peut transporter le béton en tous points du chantier. L’apport des appareillages et des outils est facilité.

Points sécurité

Plusieurs facteurs peuvent dégrader un barrage, et notamment les variations thermiques et le poids de l’eau. Plusieurs appareils de mesures sont mis en place pour surveiller ses déformations :

  • – les pendules directes : on laisse pendre un fil de plomb dans un tube à l’intérieur du barrage, ce qui renseigne sur le mouvement relatif de la tête du barrage,
  • – les pendules inversés : un flotteur est relié à la base d’un tube rempli d’eau, ce qui nous permet de voir les déformations se produisant à la base du barrage,
  • – les vinchons : ce sont deux plaquettes séparées par une règle graduée, qui fournissent une information
    sur les mouvements des blocs et des plots, les uns par rapport aux autres.

Par ailleurs, un système de drains a été installé, permettant d’éviter les sous-pressions qui pourraient entraîner un soulèvement.

Observation du paysage et lecture géologique

Continuez donc votre tour du lac de Vouglans, côté D3, et arrêtez vous à 2km au nord de Cernon Menouille. Ici, une magnifique vue panoramique vous attend.

Côté Lac de Vouglans

Sur les rares affleurements que vous observerez, vous remarquerez différentes strates où s’alternent calcaires massifs et calcaires crayeux (gélifs). Ces derniers contiennent des oolithes (de minuscules structures sphériques, un comme des oeufs de poissons) et divers intraclastes (particules provenant de dépôts déjà consolidés)

affleurement lac de Vouglans

Il s’agit de roches typiques des milieux marins peu profonds et agités. On parle d’environnement péri-récifal.
La couche de calcaires gélifs est très poreuse. Elle est de ce fait, particulièrement sensible aux alternances gel-dégel, qui provoquent son éclatement.

De l’autre côté de la route

Tout près de l’air de repos se dresse cet affleurement.

affleurement face au lac de Vouglans

Si les couches géologiques côté lac semblaient horizontales, ici le pendage (la pente) est bien différent. Les strates de calcaire du Kimmeridgien (le même qu’au barrage) semblent glisser vers nous.

Comment expliquer une telle différence de pendage de part et d’autre d’une route ? Deux hypothèses :
– un synclinal avec pli coffré
– une faille entre la route et le lac décalant les deux parties

coupe géologique lac de Vouglans

Bref une petite visite bien sympathique, à découvrir en famille, à pied, à vélo ou en voiture… Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse !

Taggé , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 réponses à Vouglans : découverte du barrage et du lac en famille

  1. Claire dit :

    Hello !
    J’ai visité le lac (et le Jura) l’été dernier et c’est vraiment un endroit magnifique ! Merci pour cet article complet sur le barrage, il est assez impressionnant !
    Claire

    • Plume dit :

      Et alors ? Tu confirmés ? L’eau est chaude ?
      Oui le barrage est impressionnant…j’en garde un très bon souvenir

    • Claire dit :

      Oui l’eau est chaude ! C’était en août et il ne faisait pas très très chaud (22 degrés à tout casser). Ce qui est sympa aussi c’est qu’il n’y a pas beaucoup de monde par rapport aux plages du bord de mer 🙂

    • Plume dit :

      je reviens juste du Jura… je confirme, l’eau est bonne, surprenant pour un lac de montagne !
      On s’est finalement baigné dans l’Ain et dans le Hérisson. Et comment dire, par ces fortes chaleurs, ça fait du bien !

  2. Les lectures de la Diablotine dit :

    Merci pour ce cours magistralement bien expliqué et illustré ! Je ne connaissais pas et grâce à ton article j’ai appris 🙂

  3. Apprendre à rêver dit :

    Ca a l’air d’être un coin tres tres sympa !
    Belle soirée

  4. Soulier vert dit :

    Tes photos sont superbes et me donnent envie d’y aller…