Une après-midi sur l’île Saint Bernard

Il s’agissait de la 1ère étape de notre road trip au Québec durant l’été 2016.

L’île Saint Bernard est une petite île située en Montérégie à une vingtaine de minutes au sud de Montréal dixit le site internet. Mais entendons-nous bien, quand on dit 20 minutes, c’est 20 minutes du panneau de sortie de Montréal le plus méridional… et cela sans travaux ni déviations, ce qui est quasiment impossible à cette période de l’année. Dans la vraie vie, on peut ajouter une bonne dizaine de minutes.

Pourquoi donc s’être arrêté sur cette petite île relativement inconnue (en tous les cas de nos amis québécois et des montréalais avec lesquels je joue sur ma tablette), et qui ne comptabilise que 20 avis sur tripadvisor ?

Nous sommes arrivés à Montréal la veille, le mercredi 13 juillet. A cause des presque 8h de vol depuis le Luxembourg, et des 6h de décalage horaire, le tout avec 2 enfants en bas âge et un monsieur Plume bien fatigué de son travail, pour le bien-être général, j’avais prévu initialement le musée pour enfants de Laval suivi du centre de la  nature pour nourrir et caresser les chèvres… En fait, j’avais surtout voulu prévoir une première journée de vacances tranquille quoi !

Seulement ça c’était avant.

Un jour, en lisant un carnet de voyage, je tombe sur un commentaire disant « pourquoi toujours aller sur l’Isle aux Coudres noire de monde et pleine de touristes, et ne pas essayer autre chose ? Je préfère 1000 fois aller sur l’île Saint Bernard pour me ressourcer  et prendre un bain de nature »

Non pas que j’ai prévu d’aller sur l’Isle aux Coudres, mais ce commentaire semblait venir de quelqu’un qui recherchait du calme et de la tranquillité…Finalement un peu ce qu’on recherchait aussi pour nos vacances.

Une fois les renseignements pris, cette île  se trouvait être à côté de Montréal (donc facilement substituable au musée pour enfants de Laval). De plus nous avions la possibilité de faire le tour de l’île en bateau (un côté estival sympa), et non seulement le billet donnait accès au refuge faunique Marguerite d’Youville, mais le jeudi, il y avait 25% de rabais sur le ticket… C’était un signe.

Qu’est-ce qu’on peut y voir ?

« Pourquoi toujours voir et ne pas juste savourer le fait d’être là, ressentir la sérénité du lieu, sentir les odeurs, se laisser bercer par le son du vent et le chant des oiseaux, s’échapper de nos vies à 100 à l’heure et vivre la magie de l’instant présent… », m’a répondu la dame de l’entrée en me tendant le plan !

Oups ! Alors que je suis partie en vacances pour prendre mon temps, serais-je en train de me transformer en touristes chinois rencontrés en haut de l’observatoire de la capitale ? Je vous en parlerai dans un autre article…

En attendant rien que pour vous, et en exclusivité sur ce blog, chers lecteurs, je vais vous faire un bref résumé de ce qu’on peut trouver sur cette île… attention spoiler :

Parmi les choses qui m’ont surprise de prime abord, en arrivant sur cette île c’est le silence… Le microcosme de calme et de verdure à 5 minutes de la ville. Ce havre de paix.

L’île est séparée en 3 parties.

Au sud-sud est

–     Au sud, le verger écologique créé par les sœurs grises de Montréal ne comprend pas moins de 14 variétés de pommiers. Une autocueillette est organisée chaque année en octobre.

oratoire saint Joseph, sur l'île saint Bernard

oratoire saint Joseph, sur l’île saint Bernard

–          Au sud-est, une partie gratuite, où l’on peut notamment voir le manoir d’Youville (ancien monastère devenu hotel) et se rendre à l’oratoire Saint Joseph. Cet oratoire se trouve être une partie de l’ancien moulin à vent construit en 1686 par Catherine Thierry, veuve de Charles Le Moyne de Longueil.

Pour la petite histoire : en 1765 lorsque les sœurs grises de Montréal, une communauté fondée par Marguerite d’Youville, firent l’acquisition de la seigneurie de Chateauguay, ce moulin tombait en ruine. Marguerite d’Youville décide alors de construire un moulin à eau alimenté par la rivière Châteauguay et récupère les pièces utiles du moulin à vent. Quelques dizaines d’années plus tard les sœurs restaurent le bâtiment, changent le toit et l’ancien moulin qui avait perdu ses ailes et son mécanisme devient l’oratoire dédié à St-Joseph que l’on peut voir aujourd’hui. Il est compté comme l’un des 18 moulins encore debout au Québec.

 

Et pour la majeure partie de l’ile :

Enfin la majeure partie de l’île est composée du refuge faunique Marguerite d’Youville et de ses 8 km de sentiers pédestres. Celui-ci tient son nom de la fondatrice de la communauté des sœurs grises de Montréal dont l’adage « préserver la vie sous toutes ses formes » nous permet aujourd’hui de découvrir ce territoire exceptionnel.

Pourquoi exceptionnel ? Parce que passé le pavillon de l’île on entre dans un véritable paradis pour les ornithologues (l’île compte plus de 225 espèces d’oiseaux) et qu’en seulement 8 km de sentier, on ne traverse pas moins de 3 écosystèmes différents : forêt, friches et marais.

La forêt

Forêt dans laquelle on peut notamment voir le plus gros chêne bicolore connu au Québec, il était âgé de plus de 215 ans quand une tempête a eu raison de lui en 2011, des érables à caryers (facilement reconnaissables à leur écorces qui semblent peler, c’est la 1ère fois que je voyais ça), et des cerfs de Virginie à 2 pas du sentier.

Des friches

Friches dans lesquelles on trouve entre autres de  nombreuses aubépines ergot de coq (apparemment plus rares ailleurs au Québec), des écureuils, et des grenouilles qui se sont un peu éloignées du marais

Et le marais

Et enfin marais qu’on choisira d’observer d’un ponton au début du sentier, on pourrait alors y voir tortues et salamandres ; ou qu’on traversera en prenant le sentier de la grande digue, nous pourrions alors trouver toutes sortes de grenouilles mais pas que. Ce sentier passe sur l’un des 82 ponts couverts du Québec, et nous offre ici une cache pour permettre d’observer la faune du marais.

Alors je vous vois venir un parc naturel ? une digue ? donc petite précision, oui il s’agit d’un parc naturel, où la nature a repris ses droits depuis bien longtemps, la preuve, ici point de contrôle des insectes piqueurs, ceux-ci font partie de la chaîne alimentaire de la faune de l’île (et je me dois de préciser que nous faisons malheureusement partie de leur chaine alimentaire !!!). Oui une digue a été construite, il y a bien longtemps également, et celle-ci permet d’éviter l’assèchement du marais, pour le plus grand bonheur des poissons, grenouilles et autres rats musqués.

Et les enfants ?

Ils ne sont pas oubliés. Ma poussette (une maclaren quest pour les connaisseurs) passe absolument partout et sans difficulté.

A la pointe nord, en s’arrêtant au point d’observation, les enfants peuvent s’extasier au choix sur les avions qu’ils voient décoller et atterrir de l’aéroport (pas de bruit, juste des images), ou sur les gros cargos qui traversent le saint Laurent bien chargés, et qui se trouvent à cet endroit à portée de voix.

Et le meilleur pour la fin, le secteur Le Grillon débouche sur un kiosque sous lequel les enfants peuvent improviser un spectacle, puis sur une plage naturelle, à proximité de laquelle des tables à pique-nique et des jeux ont été installés (un panneau rappelant les murs d’un château et un immense bateau avec filets pour grimper, toboggans, tyroliennes…).

Enfin, les panneaux d’interprétation nous apprennent que c’est ici que les fameuses sœurs recevaient les camps de vacances…Plus de 200 ans d’éclats de rire à cet endroit, ça vous laisse rêveur non ?

 

Pour plus de renseignements sur l’île saint Bernard, pour connaître les heures d’ouverture et les tarifs, et pour télécharger la carte des sentiers pédestres :

http://www.ilesaintbernard.com

 

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 réponses à Une après-midi sur l’île Saint Bernard

  1. Kristin dit :

    Ça devait être très reposant comme paysage! Sympa comme article 🙂

    • Plume dit :

      Une balade hors du temps effectivement. Bien loin de ce à quoi on pourrait s’attendre à quelques dizaines de minutes de Montréal !

  2. Alexandra dit :

    quel agréable île à visiter en famille. nous voulons aller visiter de la famille à mon mari, au Canada, et se serait un bonne endroit à visiter. c’est noté
    merci, bisous

    http://uma-grande-aventura.blogspot.pt/

    • Plume dit :

      Oui c’est une très jolie ile, très reposante, aux paysages très divers, et aux animaux peu farouches.
      C’était une balade très agréable. n’hésitez pas à réserver la promenade en bateau, nous l’avons manqué à cause de la pluie, mais ça avait l’air génial.